Medjugorje La voyante Marija (Photo:  www.medjugorje.ws)
Suisse
Medjugorje La voyante Marija (Photo: www.medjugorje.ws)

Pour les supporters romands de Medjugorje, il faut juger l'arbre à ses fruits

18.05.2017 par Jacques Berset, cath.ch

On doit juger l’arbre à ses fruits, ce qui compte, c’est la foi!  A Bulle, depuis plus de 30 ans, André Currat organise avec sa femme Marie-Josée des pèlerinages privés à Medjugorje. Les dernières déclarations du pape François sur les apparitions supposées de la Vierge, dans cette localité emblématique de Bosnie-Herzégovine, n’ébranlent pas les convictions du retraité gruérien.

André Currat ne connaît pas dans le détail ce qu’a déclaré dans l’avion le pape François, vendredi 13 mai 2017, à son retour de Fatima. Concernant les présumées apparitions actuelles à Medjugorje, le pape a affirmé: “l’enquête émet des doutes… Moi-même je serais plus méchant: je préfère la Madone mère, plutôt que la Madone chef de bureau qui envoie des messages tous les jours. Cette femme n’est pas la mère de Jésus!”

Pèlerinages diocésains pas autorisés

Depuis plus de trente ans, des millions de pèlerins se rendent à Medjugorje, où la “Gospa”, comme on la nomme en croate apparaîtrait de façon régulière depuis le 24 juin 1981, ce que l’Eglise n’a jamais confirmé. Ce haut lieu de dévotion mariale ne peut prétendre à l’appellation de sanctuaire, puisque les pèlerinages diocésains n’y sont pas autorisés. Seules les démarches à titre privé sont permises.

Pour André, les pèlerinages ont commencé en 1984, d’abord avec des voitures, puis avec un car complet, à chaque fois accompagné d’un prêtre. “On était une bonne cinquantaine, maintenant c’est un peu moins, car il y a d’autres personnes qui organisent aussi des pèlerinages. Nous plaçons des annonces dans les journaux, mais il y a aussi le bouche-à-oreille. Les gens viennent de toute la Suisse romande. Dans le car, on prie trois chapelets durant la journée. Certaines fois, il y a un prêtre, qui donne un enseignement”.

Les déclarations du pape “ne vont rien changer”

Pendant la guerre en Bosnie, le pèlerinage en partance de Bulle n’a été interrompu qu’une seule fois, en 1991. Mais, assure-t-il, à cette époque, comme la Vierge disait aux voyants: “Venez à Medjugorje, je vous ouvrirai le chemin”, son pèlerinage n’a jamais rencontré de problèmes. Pendant une dizaine d’années, dès 1992, le couple bullois a organisé des convois humanitaires, car les gens de la région de Mostar étaient dépourvus de tout. Durant cette période, les Currat ont acheminé 28 semi-remorques, remplis notamment de nourriture et d’habits.

Pour Marie-Josée, ce qu’a laissé entendre le pape sur les apparitions présumées de Medjugorje, ne va rien changer: “Il y a 35 ans qu’on y va. Les voyants, je les ai connus dès le début. Je ne vois pas comment des enfants peuvent simuler… J’ai assisté plusieurs fois à des apparitions quand les enfants étaient plus petits”.

“Si j’avais tendu le bras, je l’aurais touchée”

S’il estime qu’on n’est pas obligé de croire aux apparitions de la Vierge à Medjugorje, André affirme, tout comme Marie-Josée, en avoir été témoin à plusieurs reprises. “Si j’avais tendu le bras, je l’aurais touchée. Mais je n’ai rien vu du tout… Seule Marija, une voyante, parlait à la Vierge”, confie-t-il. Et de relever toutes les conversions et les guérisons qui se passent dans ce lieu. “Des guérisons physiques, on en parle peu, pourtant les franciscains tiennent un registre, avec des attestations médicales!” Sans parler de la redécouverte des sacrements, en particulier de la confession, et des nombreuses vocations religieuses.

“La piété des gens est merveilleuse”

Juliane Antille, à Chippis (VS), collabore avec les Currat dans l’organisation des pèlerinages à Medjugorje. “J’y suis allée la première fois en 2004. J’y vais désormais deux fois par an, la semaine après Pâques et en octobre. Je crois sans voir, je n’ai jamais assisté à une apparition de la Vierge. D’ailleurs, je ne m’attache pas à ces choses-là”, confie-t-elle.

La Valaisanne souligne que dans ce lieu, “la piété des gens est merveilleuse”, en relevant les mots prononcés par Mgr Henryk Hoser, envoyé spécial du pape François qui s’est rendu à Medjugorje à la fin mars dernier. L’archevêque de Varsovie-Praga a souligné que ce sanctuaire marial pouvait permettre d’étancher “la soif de sacré” des 2,5 millions pèlerins qui s’y rendent annuellement. Il n’est cependant pas chargé de faire de rapport sur la véracité des apparitions mariales, sa mission ayant un caractère exclusivement pastoral.

Qu’à cela ne tienne: “L’essentiel, c’est que les gens se convertissent. Quand il y a 20’000 personnes en prière, pour adorer Dieu, c’est une merveille. On ne voit pas ça chez nous!”

Quoi qu’il arrive, “on obéira toujours au pape!”

A la communauté du Verbe de Vie, à Pensier, non loin de Fribourg, on préfère ne pas commenter les déclarations du pape, car les responsables sont justement en ce moment en pèlerinage à Medjugorje, “44 retraitants accompagnés de 5 communautaires”.

“Nous organisons depuis plusieurs années un pèlerinage une fois par an. Là-bas, c’est un lieu de grâce, le ciel qui descend sur la terre. C’est un lieu de prière et de paix, où on peut rencontrer la Vierge, pour rencontrer Jésus”.

En l’absence des responsables, notre interlocutrice ne veut pas s’avancer, mais elle affirme que, tout en étant “surprise”, la communauté n’est pas ébranlée par les déclarations du pape. Quoi qu’il arrive, assure-t-elle, “on obéira toujours au pape!” (cath.ch/be)


Le pape François ne prolongera pas systématiquement les mandats curiaux au-delà de 5 ans. (Photo: flickr/catholicism/CC BY-NC-SA 2.0)

Retour sur… Une année charnière pour les réformes au Vatican

Le pape a sommé les prêtres du diocèse d’Ahiara, au Nigeria, d'accepter officiellement leur évêque. (Photo: CTV)

Le pape répond à chacun des prêtres du diocèse nigérian d’Ahiara

Actualités ›