Rome: La France décore le cardinal Robert Sarah

Prélat guinéen nommé commandeur dans l’ordre de la Légion d’honneur

Rome, 25 octobre 2012 (Apic) Le cardinal guinéen Robert Sarah, président du Conseil pontifical «Cor Unum», s’est vu remettre les insignes de commandeur dans l’ordre de la Légion d’honneur, le 24 octobre 2012 à Rome, a rapporté l’agence I.MEDIA. L’ambassadeur de France près le Saint-Siège, Bruno Joubert, a évoqué le parcours exceptionnel du prélat de 67 ans, marqué par un engagement pour la démocratie et la solidarité.

L’ambassadeur de France près le Saint-Siège a salué l’action du cardinal Robert Sarah «au service de la défense de la dignité de tout être humain et de la solidarité». Puis Bruno Joubert est revenu sur le parcours du cardinal Sarah, évêque de Conakry à 34 ans seulement. Il a évoqué son «engagement en faveur de la démocratie, du développement, de la transparence et de la lutte contre la corruption et ses prises de position sans concessions à l’égard du monde politique guinéen».

Le diplomate français a salué le rôle important joué par le prélat guinéen vis-à-vis des Eglises en Afrique. Bruno Joubert a relevé que le cardinal Sarah, arrivé il y a deux ans à la tête du Conseil pontifical «Cor Unum», ne craignait pas «d’affirmer avec clarté les positions de l’Eglise, à rebours des tiédeurs ou des précautions diplomatiques du temps (…), en particulier en Europe».

Reconnaissance de la culture africaine

En recevant cette décoration, le cardinal Sarah a dit sa conviction que l’Etat français reconnaissait, à travers lui, «l’activité du Saint-Siège ainsi que l’attention de l’Eglise universelle aux plus pauvres». Il reconnaît aussi à cette occasion «la culture africaine», une culture «ouverte à la vie, à la solidarité dans la pauvreté, ouverte au sens de la famille, aux valeurs spirituelles, à la place de Dieu dans la société».

Le cardinal a rappelé qu’il avait grandi du temps où la Guinée était une colonie française, assurant que les missionnaires spiritains lui avaient alors apporté la beauté de l’Evangile et l’avaient ouvert à l’histoire de France et à sa culture. Fort de l’héritage culturel français dont il a bénéficié, le cardinal Sarah a confié avec humour n’avoir eu «aucune difficulté à apprendre que ses ancêtres étaient les Gaulois».

Robert Sarah est né le 15 juin 1945 au Nord de la Guinée. Ordonné prêtre le 20 juillet 1969, il a été nommé dix ans plus tard archevêque de Conakry, la capitale guinéenne. Il n’a alors que 34 ans. Jean Paul II le nomme à Rome, le 1er octobre 2001, au poste de secrétaire de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples (»Propaganda Fide»), puissant dicastère en charge des pays de mission. En octobre 2010, Benoît XVI le nomme à la tête du Conseil pontifical «Cor Unum». Un mois plus tard, il le crée cardinal. (apic/imedia/ami/ggc)

25 octobre 2012 | 13:35
par webmaster@kath.ch
Partagez!