International

Prêtres arméniens assassinés en Syrie par les djihadistes de Daech

Les djihadistes de Daech, l’Etat islamique, ont assassiné le Père Joseph Hanna Ibrahim Hovsep Bédoyan, prêtre de l’Eglise catholique arménienne de Qamichli, ainsi que son père Abraham Bédoyan, prêtre retraité, le 11 novembre 2019. Les deux prêtres sont tombés dans une embuscade tendue par les terroristes dans la Djezireh, au nord-est de la Syrie.

L‘Etat islamique a revendiqué cet assassinat. Les deux prêtres se trouvaient dans leur véhicule sur la route qui relie la ville de Qamichli, sur la frontière turque, à Deir Ezzor, dans l’Est de la Syrie, quand leur véhicule a été pris pour cible par des hommes armés. Le troisième homme qui les accompagnait, Fati Sanon, a été blessé.

Collaboration avec l’Œuvre d’Orient

Hovsep Bédoyan, prêtre arménien catholique, était particulièrement actif pour les projets de reconstruction et d’accueil des populations réfugiées dans l’Est de la Syrie et se rendait sur un chantier de l’Œuvre d’Orient, une organisation d’entraide au service des chrétiens d’Orient placée sous la  protection de l’archevêque de Paris.

Ce double assassinat a été revendiqué par le groupe Etat islamique, qui a diffusé le document d’identité du Père Ibrahim. Selon Jérémy André Flores, un journaliste indépendant qui connaissait bien le prêtre arménien, ce double meurtre pourrait être lié à un «besoin de légitimité» du nouveau chef de Daech, Abou Ibrahim al-Hachemi al-Qourachi. Le groupe terroriste avait en effet prêté allégeance à Qourachi le 31 octobre 2019, peu après l’élimination par les Américains d’Abou Bakr Al Baghdadi, appelé aussi «calife Ibrahim».

Les forces kurdes interpellées

Tout au long du conflit qui déchire la Syrie depuis 2011, la ville de Qamichli, dominée par les forces kurdes mais où demeure une petite communauté arménienne, a été le théâtre d’attentats meurtriers, dont certains revendiqués par l’Etat Islamique dont les cellules dormantes ont été réactivées à la faveur de l’agression militaire turque dans la région, avec la participation de supplétifs djihadistes.

L’Œuvre d’Orient condamne dans un communiqué les trois explosions qui ont eu lieu lundi 11 novembre 2019 à proximité des églises à Qamichli. Elle «s’indigne que la question des chrétiens en Mésopotamie syrienne soit systématiquement oubliée et escamotée. De nombreuses communautés chrétiennes vivent dans cette région et souhaitent y demeurer».

L’organisation catholique rappelle que les Kurdes ont combattu Daech «et subissent l’agression inacceptable de l’armée turque et pour cela méritent notre considération». Elle estime que les Kurdes «doivent respecter et prendre en compte cette présence ancienne de communautés chrétiennes de diverses confessions (catholiques, orthodoxes, …) Ces chrétiens ont pour la plupart fui le génocide, perpétré par l’Empire Ottoman avec le soutien d’une partie de la population kurde en 1915».

Les communautés chrétiennes doivent pouvoir rester sur leurs terres ancestrales

Pour l’Œuvre d’Orient, «la communauté internationale a l’obligation morale d’assurer la sécurité de ces communautés chrétiennes et leur maintien dans leurs terres ancestrales. Les autorités kurdes et les autorités syriennes doivent également assurer la sécurité des communautés chrétiennes ainsi que les possibilités de retour des personnes qui en ont été chassées».

Pour une justice internationale

Elle souligne que l’action des terroristes en Syrie, comme en Irak, a été «une action génocidaire au sens du code pénal français (article 211-1) et que les victimes ne sont pas les personnes qui ont rejoint Daech en toute connaissance de cause, mais les personnes torturées, chassées, ou tuées par les groupes les plus violents. Ce terrorisme est certes le fait de Daech, mais il y a beaucoup d’autres groupes qui se livrent à ces actes de violence».  

Et l’organisation catholique affirme qu’il faut absolument clarifier les relations que certains Etats entretiennent avec ces groupes, estimant urgent de mettre en place une justice internationale qui juge les criminels comme cela a été fait dans d’autres situations (Afrique, Cambodge, Balkans…) (cath.ch/vaticanmedia/oeuvred’orient/be)

le Père Joseph Hanna Ibrahim Hovsep Bédoyan, prêtre de l’Eglise catholique arménienne de Qamichli | © Vatican Media
12 novembre 2019 | 11:13
par Jacques Berset
Bédoyan (1), Daech (137), djihadistes (49), Qamichli (3), Syrie (379)
Partagez!