International

Prochaine rencontre européenne de Taizé le 28 décembre 2020 à Turin

La 42e rencontre européenne de la communauté de Taizé a rassemblé quelque 15’000 jeunes de tout le continent à Wroclaw, au sud-ouest de la Pologne, du 28 décembre au 1er janvier 2020. A cette occasion, Frère Alois, prieur de Taizé, a annoncé que la prochaine rencontre européenne des jeunes aura lieu à Turin, du 28 décembre 2020 au 1er janvier 2021.

Wroclaw, la quatrième plus grande ville de Pologne, accueillait pour la 3ème fois ce rassemblement de la jeunesse chrétienne européenne, sur le thème «Toujours en route, jamais déracinés».

Chaque année, les rencontres de Taizé attirent des milliers de jeunes de 18 à 35 ans venus de toute l’Europe mais aussi d’autres continents. Depuis 1978, une grande ville européenne accueille ces rassemblements entre le 28 décembre et le 1er janvier,  en impliquant des familles pour l’hébergement des jeunes. La nuit du 31 décembre est traditionnellement l’occasion d’une «Fêtes des peuples», qui permet aux jeunes de partager les chants, danses et jeux de leur pays.

Construire un avenir de paix

Au moment de conclure ce rassemblement, Frère Alois a relevé lors de sa méditation, le 31 décembre, qu’au cours de ces journées passés ensemble, «nous avons exprimé notre volonté de construire un avenir de paix. D’abord dans nos vies personnelles, dans nos familles, dans nos lieux d’étude et de travail. Et aussi dans nos pays et au-delà, en Europe et dans le monde».

Frère Alois, prieur de Taizé, affirme qu’un nouvel avenir est possible | © www.taize.fr

Le prieur de Taizé a souligné que la liberté retrouvée du continent il y a tout juste 30 ans, après la chute du Mur de Berlin, «a été dure à atteindre. Beaucoup, notamment ici en Pologne, ont payé un prix très élevé pour la gagner. Pour certains l’enracinement dans la foi a été la source de leur engagement, parfois au péril de leur vie».

La réconciliation polono-allemande, «un des miracles de l’histoire de notre continent»

Frère Alois a souligné que ce combat pour la liberté a été jalonné d’événements surprenants, «notamment le pardon que les chrétiens de Pologne ont accordé au peuple allemand après la Deuxième Guerre mondiale».

Ce pardon, a-t-il poursuivi, a contribué à une réconciliation et à un nouveau commencement, «un des miracles de l’histoire de notre continent». «Si nous faisons mémoire de tels événements, qui ont surgi dans des périodes de tensions ou d’incompréhensions, c’est pour y puiser l’espérance qu’aujourd’hui aussi un nouvel avenir est possible».

A Turin du 28 décembre 2020 au 1er janvier 2021

L’archevêque de Turin, à l’origine de l’invitation, était venu spécialement à Wrocław pour être présent à l’annonce par Frère Alois que sa ville, capitale du Piémont, au nord de l’Italie, serait la prochaine étape du «pèlerinage de confiance sur la terre».

Mgr Cesare Nosiglia, remerciant Frère Alois et la communauté de Taizé, a exprimé sa gratitude «au nom de tout l’archidiocèse de Turin et de toutes les confessions chrétiennes présentes sur notre territoire».  Ce choix représente «le fruit d’un long chemin d’amitié avec la Communauté de Taizé», a-t-il souligné.

Une première pour la capitale du Piémont

C’est la première fois qu’une rencontre européenne aura lieu dans cette ville, mais ce sera le septième rassemblement en Italie, après Rome (1980, 1982, 1987 et 2012) et Milan (1998 et 2005). Depuis plusieurs décennies, de nombreux jeunes venus du Piémont et du Val d’Aoste se rendent régulièrement à Taizé et participent aux Rencontres européennes.

La prochaine rencontre européenne des jeunes aura lieu à Turin, du 28 décembre 2020 au 1er janvier 2021

La Pastorale des jeunes organise régulièrement à Turin des veillées de prière dans le style de Taizé, rapporte Vatican News. Mgr Nosiglia a rencontré plusieurs fois personnellement Frère Roger, qui avait fondé en 1940, il y a 80 ans, cette communauté œcuménique internationale située dans le département de Saône-et-Loire, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Une ostension exceptionnelle du Saint-Suaire

Il a été annoncé mardi 31 décembre 2019 que cette rencontre de Turin donnera lieu à une ostension du Saint-Suaire, spécialement réservée aux jeunes qui participeront à la rencontre. «Dans le Suaire, l’Eglise catholique ne vénère pas un objet. Elle se sent, au contraire, appelée, provoquée à méditer sur la passion et la mort du Seigneur, et donc sur cette expérience de douleur que nous traversons tous. Car aussi dans la mort, nous sommes frères!»,précise l’archevêque de Turin dans un message vidéo.

Concernant le délicat enjeu œcuménique de cette ostension, sachant que des jeunes orthodoxes et protestants participeront à cette prochaine rencontre de Taizé, Mgr Nosiglia précise: «Nous savons que la question des images est une ‘blessure’ ouverte de différentes façons dans l’Eglise du Christ depuis au moins 13 siècles. Pour nous, il ne s’agit pas de rouvrir cette blessure, mais d’accueillir fraternellement ceux qui voudront partager la prière, dans un climat de plein respect réciproque et de fraternité qui anime et caractérise l’expérience de Taizé depuis ses débuts». (cath.ch/taizé/vaticannews/be)

La 42e rencontre européenne de la communauté de Taizé a rassemblé quelque 15'000 jeunes de tout le continent à Wroclaw, au sud-ouest de la Pologne | © www.taize.fr
1 janvier 2020 | 10:57
par Jacques Berset
Frère Alois (22), Mgr Cesare Nosiglia (4), Pologne (134), Taizé (84), Turin (22), Wroclaw (2)
Partagez!