International

Que représentent les 'tradis' dans le monde?

Le motu proprio Traditionis custodes du pape François limitant l’usage de la messe tridentine a suscité un vaste émoi dans le monde catholique. L’écho a largement dépassé le cercle traditionaliste directement concerné. De fait, les catholiques qui assistent régulièrement à la messe sous la forme extraordinaire, forment un groupe très minoritaire, mais très bruyant.

Face aux réactions provoquées par la décision du pape François, se poser la question du nombre de catholiques qui fréquentent régulièrement la messe en rite extraordinaire n’est pas sans intérêt. Le site catholique américain The Pillar a tenté une synthèse pays par pays. Il n’existe aucun registre national ou mondial sur la célébration des messes tridentines, mais diverses sources permettent néanmoins d’obtenir quelques éléments intéressants.

Il existe une ressource d’origine collective appelée «Latin Mass Directory», fondée en tant qu’initiative laïque pour mettre à la disposition du public les horaires et les lieux des messes de forme extraordinaire dans le monde entier. Ce répertoire n’inclut pas les messes offertes par des prêtres ou des organisations opérant en dehors des structures officielles de l’Église, y compris la Fraternité Saint-Pie X de Mgr Lefebvre.

The Pillar a testé un échantillon des listes du répertoire et a constaté qu’elles correspondaient avec une précision de 80 à 90 % aux horaires des messes de forme extraordinaire figurant sur les sites internet des églises américaines, ce qui en fait une ressource crédible et probablement la meilleure disponible sur le sujet.

657 lieux traditionalistes aux Etats-Unis

Le premier pays traditionaliste est les Etats-Unis. Le Latin Mass Directory y répertorie 657 lieux offrant la forme extraordinaire de la messe. Parmi ceux-ci, 49 sont gérés par la Fraternité sacerdotale Saint-Pierre (FSSP) et 32 par d’autres congrégations ou associations sacerdotales. Les autres messes répertoriées sont célébrées par des prêtres diocésains ou ne mentionnent pas spécifiquement l’origine du célébrant. 657 lieux de culte représentent moins de 4% des quelque 17’000 paroisses catholiques américaines.

La FSSP est la plus grande des fraternités sacerdotales qui se consacrent à la forme extraordinaire. Elle compte 112 prêtres aux États-Unis. Son séminaire à Lincoln, dans le Nebraska, compte environ 90 séminaristes.  Ce nombre représente moins de 2% des 4’856 séminaristes qui étudient actuellement dans les séminaires américains.

La majorité des messes la forme extraordinaire sont célébrées par des prêtres diocésains. Les prêtres âgés qui conservent un attachement à la forme de la messe offerte dans leur jeunesse ne représentent qu’une minorité. En effet, un prêtre devrait avoir au moins 76 ans pour avoir célébré la la messe tridentine avant la promulgation de la réforme liturgique en 1970. Certains séminaires diocésains aux États-Unis ont reçu suffisamment de demandes de leurs étudiants pour commencer à offrir une formation liturgique dans la forme extraordinaire.

La France pays de la tradition

Quatorze ans après Summorum Pontificum, le nombre de lieux de culte proposant la forme extraordinaire a presque doublé en France, passant de 124 à 230, selon la Commission épiscopale pour la liturgie et la pastorale sacramentelle. La France est ainsi le deuxième pays le plus traditionaliste.On peut estimer que ces messes représentent entre 1,5% et 3% des messes disponibles.

La tradition continue d’attirer. Les jeunes, prêtres comme laïcs, sont plus nombreux à se tourner depuis quelques années vers le rite tridentin. Les vocations issues des communautés traditionnelles continuent de se multiplier. Comment expliquer ce retour vers une liturgie qu’ils n’ont jamais connue, parfois totalement étrangère à leur univers familial ? «Peut être est-ce un moyen avant tout politique de lutter contre un sentiment de déstabilisation, de dépassement, face à une mondialisation très violente et contre laquelle ils veulent résister», avance dans La Croix le Père Luc Forestier, maître de conférences à l’Institut catholique de Paris

Le Royaume-Uni compte environ 2’400 églises paroissiales catholiques actives, dont 157 (soit 6,5 %) proposent la forme extraordinaire. L’Italie suit avec 91 lieux, puis viennent la Pologne (86) l’Allemagne (41), l’Espagne (38). L’Irlande, les Philippines, le Mexique, les Pays-Bas en comptent chacun une vingtaine. Dans la soixantaine d’autres pays répertoriés, le nombre des messes de rite tridentin reste inférieur à vingt.

Autant que les LGBT?

The Pillar se demande si le nombre relativement faible de catholiques assistant à la messe sous la forme extraordinaire justifie l’attention portée à ce sujet. Et ose une comparaison audacieuse: les tradis serait en fait plus ou moins aussi nombreux que les groupes LGBT. Ce qui n’empêche pas les questions de genre d’occuper une place importante dans l’opinion publique. Pour The Pillar, cela peut également indiquer une tendance culturelle à considérer le traitement des minorités comme une question morale importante. (cath.ch/thePillar/mp)

Messe selon le rite tridentin au Noirmont | DR
20 juillet 2021 | 16:24
par Maurice Page
Partagez!