RDC: Les Eglises chrétiennes priées de quitter la voie publique

09.06.2017 par Ibrahima Cisse, correspondant de cath.ch en Afrique

Les autorités de la République démocratique du Congo (RDC) ont ordonné aux Eglises et autres confessions religieuses de Kinshasa, la capitale, de ne plus occuper la voie publique et d’éviter les tapages diurnes et nocturnes, à compter du 25 juin 2017.

Cette décision leur a été annoncée par le commissaire provincial de la Police de la ville de Kinshasa, le général Célestin Kanyama, lors d’une réunion avec les responsables des confessions religieuses, le 6 juin dernier, a rapporté Radio Okapi. Cette réunion plénière était la dernière d’une série entre la police congolaise et les Eglises sur la question de la réglementation de l’occupation de la voie publique.

Dès la fin de cet ultimatum, la police nationale commencera à mettre de l’ordre, a-t-il averti, soulignant que pour occuper l’espace public, les chrétiens devront avoir une autorisation préalable. Il a appelé toutes les Eglises chrétiennes en activités à Kinshasa à se conformer à la loi.

Pour le haut gradé, l’Eglise doit, par principe, disposer d’une autorisation pour pouvoir s’implanter quelque part et il entend “rester dans ce principe”. En enfant de Dieu, nous n’avons pas intérêt à défier l’Etat”, a-t-il ajouté.

Le porte-parole des Eglises, le pasteur Patrice Ngoyi Munsoko a apporté son soutien à l’initiative des autorités congolaises, promettant que toutes les Eglises respecteront la loi. (cath.ch/ibc/ro/bh)


Des Yéniches suisses célébrant la messe, sur la route d'Einsiedeln | © Pierre Pistoletti

Loi neuchâteloise sur le stationnement des nomades: les Yéniches portent plainte

Le docteur Denis Mukwege lutte contre les viols en RDC | © European Parliament/Flickr/CC BY-NC_ND 2.0

Le pape salue le docteur Denis Mukwege, "l'homme qui répare les femmes"

Actualités ›