Les reliques de saint Nicolas de Myre attirent la foule à Moscou

La translation des reliques de saint Nicolas de Myre d’Italie à Moscou, rendue possible grâce à la participation du diocèse de Bari et du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens, fait sensation dans la Fédération de Russie. Selon un sondage d’opinion, près des trois quarts des Russes voudraient s’incliner devant la châsse contenant une partie des saintes reliques.

Le Centre Panrusse d’étude de l’opinion publique VTsIOM, cité par l’agence de presse russe Interfax, relève que 81% des Russes savent que les reliques de saint Nicolas le thaumaturge ont été amenées d’Italie en Russie, plus précisément à la cathédrale du Christ Sauveur, à Moscou. Seuls 18% n’en ont pas entendu parler.

Les reliques n’avaient jamais quitté Bari

72 % des personnes interrogées ont déclaré qu’elles aimeraient voir et  baiser les reliques du saint originaire de l’actuelle Turquie. La plupart sont des femmes (81 %), des personnes de plus de 60 ans (82 %) et des chrétiens orthodoxes (87 %). 83 % voient d’un bon œil que les saintes reliques aient été apportées de l’étranger pour que les croyants se prosternent devant eux, étant donné qu’elles deviennent ainsi plus accessibles aux personnes qui ne peuvent pas se rendre à l’étranger.

11% ne partagent pas cet avis et s’expriment négativement à ce propos, tandis que 34% estiment que «les saintes reliques ne devraient être ni dérangées ni déplacées». Lors de ce  sondage national, 1’200 personnes ont été interrogées par téléphone les 23 et 24 mai.

«Il s’agit d’un événement unique, puisque les reliques n’avaient jamais quitté la basilique San Nicola de Bari, depuis qu’elles y ont été déposées, il y a 930 ans», estime le métropolite Hilarion Alfeyev, président du Département des relations extérieures du Patriarcat de Moscou.

Une queue de plusieurs kilomètres

Depuis le 21 mai 2017, une queue de fidèles de plusieurs kilomètres s’est formée à Moscou, devant la cathédrale du Christ-Sauveur, pour se prosterner devant la parcelle des reliques abritée sous un couvercle de verre. Grâce à un accord négocié le 12 février 2016 lors de la rencontre historique de La Havane, capitale de Cuba, entre le pape François et le patriarche Cyrille de Moscou, les reliques ont pu être acheminées en Russie pour une période de deux mois. Elles sont dans un premier temps exposées dans la capitale russe à la cathédrale du Christ-Sauveur, puis à Saint-Pétersbourg.

L’événement revêt une grande importance pour le monde religieux, dans la mesure où ces reliques n’avaient jamais quitté l’Italie, alors que saint Nicolas est un saint particulièrement populaire en Russie. Les saintes reliques seront à Saint-Pétersbourg du 13 au 28 juillet.

Nicolas de Myre est le saint patron de la Russie, fêté le 19 décembre. De nombreuses églises et monastères lui sont consacrés dans le pays. On peut trouver des icônes de saint Nicolas dans presque toutes les églises et foyers orthodoxes. (cath.ch/interfax/mospat/be)

 

Le patriarche Bartholomée de Constantinople vénère à Fribourg le bras reliquaire de saint Nicolas de Myre que tient le chanoine Claude Ducarroz, prévôt de la cathédrale
30 mai 2017 | 17:38
par Jacques Berset
Hilarion (38), Moscou (94), Myre (3), Saint-Nicolas (11)
Partagez!