International

Rencontre de Taizé en ligne, la «chaleur» tout de même au rendez-vous

Suite au report du rassemblement annuel de Taizé de fin 2020, une rencontre en ligne a été organisée par la communauté oecuménique. Isabel Amblet, une jeune volontaire qui y a œuvré, fait part de son expérience.

«C’est étrange de voir Taizé aussi vide», souligne Isabel, jointe au téléphone par cath.ch. La communauté située dans un petit village de Bourgogne fourmille habituellement d’une foule jeune et fervente. Isabel a été témoin de ce «dépeuplement» dû à la pandémie. La Vaudoise de 27 ans, inconditionnelle de la communauté s’est portée volontaire et réside sur place depuis août 2019. A l’heure actuelle, la communauté n’abrite que les volontaires, les Frères et les Soeurs.

Le coronavirus a également causé le report d’un an de la rencontre internationale, prévue à la fin de l’année à Turin. Dans un premier temps, une rencontre «limitée» à 500 participants avait été envisagée à Taizé-même. L’aggravation de la situation sanitaire l’a cependant rendue impossible.

La communauté n’a toutefois pas baissé les bras et a décidé de proposer aux jeunes une alternative en ligne, du 27 au 31 décembre.

Retours positifs

Isabel est chargée de répondre aux questions des participants et de faire l’intermédiaire avec les animateurs. Elle a été, avec deux Frères, dans l’équipe de préparation des petits groupes de partages proposés.

Isabel Amblet est volontaire à Taizé

Entre prières, vidéos et ateliers, la Vaudoise assure que la rencontre a été une réussite. Les retours sont en tout cas extrêmement positifs. Techniquement, tout s’est bien passé. «Les Frères avaient déjà fait une rencontre en ligne pour la Pentecôte, et ils en ont gagné une expérience certaine», relève la Vaudoise. L’un des principaux problèmes était la langue. Cela a été résolu par divers moyens. Outre l’utilisation de l’anglais comme langue de partage, des groupes linguistiques ont été organisés et des dispositifs de traduction automatique mis en place.

Connexion au monde entier

Lors de cette rencontre sur le thème de l’espérance, les jeunes ont beaucoup échangé sur le sens de ce qu’ils vivent dans leurs régions respectives avec la situation de pandémie. Les récits de nombreuses initiatives locales de solidarité ont permis de faire éclore des idées supplémentaires pour venir en aide à son prochain dans cette période difficile.

L’un des avantages de cette session particulière a été de pouvoir faire participer des jeunes du monde entier, note Isabel. Habituellement, les rencontres internationales regroupent en grande majorité des jeunes d’Europe. Des jeunes d’aussi loin que l’Inde, le Canada ou la Chine ont ainsi pu prendre part aux discussions.

Les échanges par écrans interposés ont donc été très riches. Et, contrairement à ce qu’on pourrait penser, la chaleur humaine était bien présente, assure Isabel. «Les jeunes ont trouvé chouette d’avoir malgré tout cette occasion de rencontre. Je crois que l’on a découvert une autre manière d’être ensemble, et c’était aussi bien». (cath.ch/rz)

30 décembre 2020 | 12:41
par Raphaël Zbinden
Jeunes (144), Mesures sanitaires (28), Oecuménisme (287), Taizé (86)
Partagez!