Suisse

Résultats financiers favorables pour l'Eglise catholique en Suisse

Un excédent de 325’000 francs est ressorti des comptes 2018 publiés le 28 mars 2019 par la Conférence centrale catholique romaine de Suisse (RKZ). Un bilan qualifié de «réjouissant»,au même titre que le déficit enregistré de quelque 30’000 francs suite à la visite du pape à Genève, un chiffre bien inférieur aux craintes émises il ya quelques mois.

Les résultats financiers positifs enregistrés par la RKZ ont été salués par les divers intervenants de l’Assemblée plénière de l’organisation faîtière des corporations ecclésiastiques de Suisse, les 22 et 23 mars 2019, à Lucerne.

Après plusieurs années de régimes transitoires, de mesures de réorganisation et de nouvelles réglementations, 2018 aura constitué le premier exercice «normal» selon les nouveaux principes désormais applicables au financement des tâches de l’Eglise catholique par la RKZ, écrit l’organisation dans son rapport financier.

Une autre raison de soulagement est le déficit beaucoup plus faible que prévu qui fait suite à la visite du pape François à Genève, le 21 juin 2018. Les 30’000 francs de perte annoncés sont ainsi «très inférieurs» aux chiffres qui avaient pu être esquissés après la messe du pontife à Palexpo dont les frais s’étaient élevés à plus de deux millions de francs. Les comptes ont débouché sur un résultat quasi équilibré grâce aux dons généreux reçus et à un important travail bénévole, rapporte la RKZ.

Bémols sur l’harmonie

Des bémols ont malgré tout été posés sur l’optimisme général concernant la situation de l’Eglise en Suisse.

Sur le plan des ressources, le rapport de la RKZ note en particulier que «les préoccupations financières constituent le fil rouge de nombreux dossiers». Ces inquiétudes concernent parallèlement la réticence des corporations ecclésiastiques à plus faibles revenus de contribuer davantage au fonds global de la RKZ et à la crainte des corporations à haut revenus de voir ces derniers diminuer dans le cadre de la prochaine réforme de la fiscalité des entreprises en Suisse. «Aussi faut-il envisager autant que faire se peut de compenser les sommes supplémentaires allouées pour des tâches prioritaires par une diminution des dépenses dans d’autres domaines», prévient la RKZ.

L’ombre des scandales sexuels

Un accent a été également mis, lors de l’Assemblée plénière, sur la difficile situation actuelle de l’Eglise, en prise avec la multiplication des scandales sexuels.

Luc Humbel, président de la RKZ, a ainsi parlé de «la plus grave crise» qu’ait connue l’Eglise catholique ces dernières décennies. Dans ce contexte, il a appelé à «une voie contraignante et synodale pour s’atteler au renouveau ecclésial». Parmi les sujets à traiter, figurent selon lui les limites indispensables à fixer au pouvoir des clercs, le célibat et la morale sexuelle de l’Eglise. Luc Humbel a invité les évêques à prendre exemple sur les prélats allemands qui ont décidé d’opter pour une telle procédure «contraignante et synodale», en coopération avec le laïcat.

Le diocèse de Coire accusé de «Fake news»

Le président de la RKZ a parallèlement accusé le diocèse de Coire de «systématiquement décocher des flèches contre les laïcs exprimant leurs préoccupations» au lieu de «resserrer les rangs et de lutter ensemble pour le renouveau de l’Eglise et la restauration de sa crédibilité». Selon Luc Humbel, le diocèse de Coire aurait en outre «colporté des informations mensongères et d’authentiques ‘Fake news’ à Rome», dans le contexte de la procédure de désignation du nouvel évêque de Coire. «C’est choquant et non chrétien», a martelé Luc Humbel. La procédure de désignation du nouvel évêque de Coire se déroule dans la perspective du départ à la retraite de Mgr Vitus Huonder, le 21 avril 2019.

Contre un «émiettement du sentiment d’appartenance à l’Eglise»

Mgr Felix Gmür, président de la CES, a pour sa part exhorté, face aux difficultés actuelles, «à se concentrer sur la tâche pour laquelle les uns et les autres ont été élus ou désignés et à accomplir ensemble ce qui est à faire». De plus, dans le système dualiste, on ne saurait «favoriser un émiettement du sentiment d’appartenance à l’Eglise», a souligné l’évêque de Bâle. «Car, aux yeux de la CES, être un fidèle de l’institution va de pair avec l’affiliation à une corporation de droit public ecclésiastique».

Les discussions, à Lucerne, ont également concerné le rapport établi à propos de la situation de la pastorale des migrants, ainsi que l’allocation de deux subsides de 20’000 francs chacun à un projet de «Faires Lager», des camps de jeunes basés sur le développement durable.

Sensibiliser à la «grande transformation»

Bernd Nilles, directeur de l’œuvre d’entraide catholique Action de Carême, a présenté un exposé s’inscrivant dans le temps du Carême et la Campagne oecuménique 2019. Il a décrit les grands objectifs visés, en particulier sensibiliser les esprits à la «grande transformation» que requiert l’avènement d’un monde plus juste, cela à tous les échelons: personnel, sociétal, politique, spirituel, national et mondial.

L’Assemblée a en outre salué l’élection de la présidente du conseil synodal zurichois Franziska Driessen-Reding en tant que membre de la présidence de la RKZ, ainsi que celle du président de la Corporation ecclésiastique fribourgeoise, Patrick Mayor, à la Commission des finances de la RKZ. (cath.ch/com/rz)

 

Luc Humbel, président de la RKZ, s'inquiète de la crise actuelle dans l'Eglise | © Werner Rolli
28 mars 2019 | 15:45
par Raphaël Zbinden
Felix Gmür (76), RKZ (59)
Partagez!