International

Roumanie: la visite du pape doit inciter au dialogue, espère Mgr Ioan Robu

«Le pape François nous invite à faire croître les échanges avec notre prochain coûte que coûte» en particulier entre catholiques et orthodoxes, a confié Mgr Ioan Robu, archevêque de Bucarest, à I.MEDIA. Le Saint-Père doit se rendre en Roumanie du 31 mai au 2 juin 2019.

Le pape François visitera les villes de Bucarest, Iaşi et Blaj, ainsi que le sanctuaire marial de »umuleu Ciuc. Si le programme prévoit un moment de prière en même temps, a indiqué Mgr Robu, catholiques et orthodoxes prieront dans des langues différentes pour ne pas véritablement prier «ensemble».

Quels fruits attendez-vous de la présence du pape en Roumanie?
Mgr Ioan Robu: Le premier fruit est d’avoir le Saint-Père François parmi nous. Il jouit d’une grande estime, de la part des catholiques mais aussi de nombreux orthodoxes. Le rôle du pape est de confirmer ses frères dans la foi. C’est cela qu’attendent nos communautés. Je me souviens de la visite du pape Jean Paul II à Bucarest, les communautés catholiques ont aussitôt gagné en visibilité tout comme le pays entier. On peut donc espérer, comme nous y invite le slogan de la visite ‘Marchons ensemble’, que la visite du pape François nous incitera à nous diriger vers un dialogue courageux avec tous les hommes sans distinction, dans le seul but du bien commun.

Nous attendons également la béatification à Blaj de sept évêques martyrs. C’est le grand fruit de la visite apostolique car c’est un événement de grande importance pour tout le peuple. L’Eglise catholique roumaine reconnaît ainsi la valeur de la souffrance subie par ces martyrs, preuve de leur fidélité envers Jésus. Cette béatification met en communion tous ceux qui dans différents pays ont souffert sous le communisme.

Quels sont les rapports entre catholiques et orthodoxes et qu’attendre de la visite du pape sur le plan œcuménique?
Les relations entre fidèles catholiques et orthodoxes sont très bonnes et se vivent en profonde sérénité. Et pour cause, dans mon diocèse la moitié des familles sont mixtes catholique-orthodoxe. On vit et on travaille ensemble sans problème. Le discours est un peu différent concernant les rapports officiels entre les deux Eglises. Mais les contacts sont respectueux et amicaux.

La rencontre du pape avec le patriarche s’inscrit dans la continuité du dialogue entrepris par Jean Paul II avec Théoctiste en 1999. Le dialogue ne doit pas s’interrompre. En recommandant le dialogue avec Dieu, le pape François nous invite à faire croître les échanges avec notre prochain coûte que coûte. Le Saint-Père visitera aussi la nouvelle cathédrale orthodoxe de Bucarest. Le programme prévoit également un moment de prière. Toutefois, les orthodoxes prieront le ›Notre Père’ en roumain tandis que les catholiques le feront en latin afin de ne pas prier ensemble à proprement parler. L’accueil devrait être chaleureux. Espérons-le.

Quel est le principal défi de l’Eglise catholique en Roumanie?
L’émigration actuelle des Roumains vers l’Occident est certainement l’épreuve majeure vécue par les catholiques mais par toute la société roumaine. La fuite de millions de Roumains partout dans le monde pour des raisons de manque d’offres d’emploi, et de meilleures conditions de vie représente une réalité. Beaucoup de jeunes quittent le pays qui n’a pas la capacité de leur offrir ce qu’ils attendent. Je crois que le pape François garde cette problématique à l’esprit. Ce phénomène a créé et continue de créer de très grands problèmes, d’autant qu’il est très difficile de dissuader les gens d’émigrer.

En peu d’année, le nombre des catholiques a beaucoup diminué. Souvent ce sont les jeunes familles qui s’en vont, laissant les enfants et les personnes âgées dans nos paroisses. Dans les paroisses, les Caritas ont une attention particulière envers ces enfants, en veillant à ce qu’ils bénéficient de conditions de vie normales. Les familles sont divisées et cela porte de très nombreuses souffrances. (cath.ch/imedia/bh)

«Les relations entre fidèles catholiques et orthodoxes sont très bonnes», indique l'archevêque de Bucarest. | Wikipedia
28 mai 2019 | 13:59
par Bernard Hallet
Partagez!