Rwanda : 714 églises et une mosquée fermées pour non-respect des normes

Les autorités du Rwanda, en Afrique de l’Est, ont suspendu les activités de 714 églises et d’une mosquée, situées dans différentes parties de Kigali, la capitale, pour non-respect des normes minimales.

Selon le quotidien local,  The New Times, cette mesure, intervenue la semaine dernière, a été prise après des contrôles sur ces lieux de culte. Ils ont permis de constater que les lieux de prières chrétiens et musulmans concernés ne disposaient pas des infrastructures de base nécessaires. Ils n’étaient pas non plus, conformes aux normes d’hygiène et de sécurité. En outre, ils avaient des problèmes liés à leur statut juridique.

Selon Justus Kangwagye, chef du département des partis politiques et de la société civile au Conseil de l’administration du Rwanda, certains de ces lieux de prière exposaient les fidèles à des risques, car il n’y a pas d’eau pour se laver les mains, ni pour les toilettes. Dans d’autres lieux de culte, il n’y a pas de places de stationnement, amenant des fidèles à se garer le long des routes et à causer des embouteillages. Des églises fonctionnaient dans des tentes. D’autres encore églises aussi étaient dépourvues d’installations de sécurité, tel des détecteurs de métaux et  de paratonnerres. Certaines églises font du bruit et perturbent la paix dans les quartiers résidentiels.

Se mettre aux normes

A Rwanda, l’ouverture  d’un  lieu de culte exige « un certificat temporaire » d’une validité de 12 mois. La décision de fermeture des églises et de la mosquée a été prise par les autorités des districts urbains de Kigali, en collaboration avec le Conseil de gouvernance du Rwanda. Pour Justus Kangwagye, les lieux de culte fermés sont «tenus de satisfaire aux exigences de base en matière de sécurité, d’hygiène, d’infrastructure et de légalité». La plupart d’entre eux avaient déjà reçu ordre de cesser leurs activités jusqu’ à ce qu’ils soient aux normes.

«L’exercice de liberté de culte ne doit pas empiéter sur les droits des autres», a rappelé Kanwagye, ajoutant que ce qui est demandé aux responsables de ces églises et mosquée, c’est de suspendre  leurs offices religieux jusqu’ à ce qu’ils soient en conformité avec  les normes. Certains pourraient ne pas être en mesure de reprendre les opérations dans un avenir proche, a-t-il souligné.

Le président du Forum des Eglises dans le district de Nyarugenge, Mgr Innocent Nzeyimana, à Kigali,  a demandé aux autorités, de permettre à celles qui n’ont que de petites exigences, à rouvrir et soit autorisées à fonctionner au fur et à mesure qu’elles règlent leurs problèmes. (cath.ch/ibc/mp)

 

1 mars 2018 | 17:23
par Maurice Page
Rwanda (29)
Partagez!