International

Rwanda: mort suspecte en détention d'un chanteur de gospel

La mort suspecte en détention dans un poste de police de Kigali, le 17 février 2020, du chanteur populaire rwandais Kizito Mihigo suscite les interrogations des organisations de défense de droits humains. Selon la police nationale du Rwanda, le chanteur, âgé de 38 ans, se serait suicidé.

Deprose Muchena, directeur régional d’Amnesty International s’est dit choqué et profondément attristé d’apprendre le décès du chanteur de gospel Kizito Mihigo. «Cette affaire ne doit pas être étouffée. L’enquête doit faire la lumière sur tous les faits, notamment sur l’implication possible d’autres personnes, et doit déterminer si les pratiques et les conditions de détention ont causé la mort de Kizito Mihigo ou y ont contribué», a-t-il déclaré. Selon les médias locaux, Mihigo se serait servi de draps pour s’étrangler. Son corps aurait été transporté à l’hôpital de Kacyiru pour une autopsie.

Les autorités rwandaises ont confirmé que Kizito Mihigo avait été arrêté le 14 février dans le district de Nyaruguru, près de la frontière avec le Burundi. Il a été accusé de corruption, d’avoir tenté de franchir illégalement la frontière burundaise, d’avoir rejoint des groupes terroristes, et d’avoir enfreint les conditions de sa libération en 2018.

Un proche du pouvoir devenu opposant

Kizito Mihigo était auparavant proche du parti au pouvoir, le Front patriotique rwandais (FPR). Toutefois, en avril 2014, il a été arrêté après la sortie d’une chanson dans laquelle il priait pour les victimes du génocide mais aussi celles d’autres violences.

En février 2015, il a été déclaré coupable de complot contre le gouvernement, de création d’un groupe criminel et de conspiration en vue de commettre un assassinat. Il avait été condamné à 10 ans de prison.

En 2018, il a été libéré à la faveur d’une grâce présidentielle, à condition de se présenter au bureau du procureur local une fois par mois et de demander une autorisation à chaque fois qu’ils souhaitait se rendre à l’étranger.

Compositeur de chants liturgiques

Rescapé tutsi du génocide rwandais, organiste et chanteur de gospel, Kizito Mihigo avait tout pour plaire au régime de Kigali. De 2011 à 2014, le chanteur était devenu une vedette incontestée du show-business au Rwanda.

Né à Kibeho, Kizito Mihigo a été élève au petit séminaire de Butare. Il est devenu rapidement un des compositeurs de chants liturgiques les plus populaires de l’Eglise catholique locale. Le fait que Kizito Mihigo soit un rescapé tutsi d’une part et catholique d’autre part, le rendait particulièrement attrayant pour la propagande du président Paul Kagame. Dès lors, le jeune chanteur était présent à toutes les manifestations de commémoration du génocide de 1994 durant lesquelles, à maintes autres occasions, il a chanté l’hymne national. Grâce à une bourse octroyée par le président rwandais lui-même, il avait fait des études au Conservatoire de Paris.

Mais si le chanteur a rapidement grimpé les échelons du succès, au point d’animer des émissions hebdomadaires à la télévision nationale, il est brutalement tombé en disgrâce, en 2014, pour avoir diffusé une chanson dans laquelle il réclamait la compassion pour toutes les victimes rwandaises, celles du génocide mais aussi celles des vengeances. Ce qui lui a valu son arrestation et sa condamnation en 2015.

La capacité de pardonner

Victoire Ingabire, une des opposantes au régime de Kigali, libérée en même temps que lui, était proche de Mihigo. «Le questionnant un jour sur sa capacité de pardonner, il m’a répondu que le message du pardon et de réconciliation dépasse les hommes; ce message vient de Dieu.La musique de Mihigo est remplie de réminiscences spirituelles. Quand on lui demandait ce qu’il aimerait qu’on écrive sur sa tombe, il renvoyait à la formule de l’Abbé Pierre: ›Il essayé d’aimer’», a-t-elle relevé.  

Autres morts suspectes

Selon Human Right Watch, Mihigo n’est pas la première personne décédée sous la garde de la police au Rwanda. En avril 2018, 10 jours après son arrestation, Donat Mutunzi, un avocat, s’est, selon la police, pendu dans sa cellule au commissariat de Ndera. En février 2015, Emmanuel Gasakure, un cardiologue et ancien médecin personnel du président Paul Kagame, a été abattu par un policier de garde alors qu’il était en détention au poste de police de Remera, à Kigali.

Human Rights Watch a documenté de nombreux cas d’arrestations arbitraires, de détention, de poursuites en justice non fondées, de meurtres, d’actes de torture, de disparitions forcées, de menaces, d’actes de harcèlement et d’intimidation contre des opposants et des détracteurs du gouvernement au Rwanda. (cath.ch/com/cathobel/mp)

Le chanteur de gospel rwandais, Kzito Mihigo est mort le 17 février 2020 | capture d'écran Youtube
21 février 2020 | 11:50
par Maurice Page
Paul Kagame (5), prison (72), Rwanda (28)
Partagez!