"Les silences du Samedi Saint" (© Pierre Pistoletti)
Suisse
"Les silences du Samedi Saint" (© Pierre Pistoletti)

Samedi Saint: vivre l'absence

16.04.2017 par Pierre Pistoletti

Au monastère de la Visitation de Fribourg, aucun office n’est célébré le Samedi Saint. Une manière, pour la communauté, de se confronter au vide, au silence et à l’absence qui constituent la richesse symbolique d’une telle journée.

“Les silences du Samedi Saint”, 5 mn. Un reportage de Pierre Pistoletti

“Pâques, ce n’est pas déjà samedi matin, lorsque je me lève”, rappelle Soeur Monique-Baptiste, la Supérieure de la communauté. D’où l’importance de ne pas faire l’impasse sur cette journée constitutive du Triduum pascal.

Oser s’y arrêter

Pour la deuxième année consécutive, le jeûne liturgique dure 24 heures, de la célébration de la Passion aux vêpres de la résurrection. Un vide “déroutant” qui appelle la communauté à trouver un autre chemin de relation au Christ. “C’est une manière de vivre et de sentir le silence du Samedi Saint”, selon Soeur Monique-Baptiste.

“Il faut oser s’y arrêter” avant d’entrer plus avant dans la joie de la Résurrection. “Dieu n’est pas celui qui remplit tout”, affirme-t-elle. Et c’est parfois dans son silence qu’il devient le plus éloquent.


Une communauté fondée en 1635

Le monastère de la Visitation de Fribourg a été fondé en 1635 par quelques religieuses qui fuyaient Besançon et les dangers de la guerre de 30 ans. 16 ans plus tard, elles obtiennent l’autorisation définitive de s’installer dans la Cité des Zähringen. Parmi leurs activités: broderie de linge de maison ou d’église, éducation de quelques jeunes filles puis pensionnat, blanchisserie ou foyer d’accueil pour jeunes filles et dames âgées.

Plus de trois siècles plus tard, la mission de prière et l’esprit de douceur et d’humilité demeurent. Mais l’office est désormais prié en français, les grilles des parloirs ont été supprimées et l’habit allégé. “C’est toujours le même Esprit qui appelle des femmes à se rassembler, dans une vie communautaire, pour louer Dieu, intercéder pour le monde et témoigner que Dieu est vivant”, explique la communauté. (cath.ch/pp)


Garde suisse pontificale au Vatican Prestation de serment de Vincent Perritaz le 6 mai 2017 (Photo: rp)

Garde suisse: le Fribourgeois Vincent Perritaz prête serment au Vatican

Olivier Messer, assistant pastoral laïc en charge de l'Accueil Sainte-Elisabeth à Fribourg (Photo: Jacques Berset)

L'Accueil Sainte-Elisabeth à Fribourg: Recevoir dans l'esprit de l'Evangile

Actualités ›