Vatican

Sans confesseur, le pape invite à s'adresser directement à Dieu

Alors que de nombreux fidèles souhaitent se confesser à l’approche de Pâques, le pape François a expliqué le 20 mars 2020 que «si tu ne trouves pas de confesseur, il faut que tu t’adresses directement à Dieu» pour lui demander son pardon.

A l’approche de la fête de Pâques, beaucoup de fidèles ont le désir d’aller se confesser pour se «retrouver avec Dieu», a souligné le pontife. Mais alors que des mesures de confinement assez sévères ont été prises dans certains pays dont l’Italie, bon nombre se demanderont comment recevoir le sacrement de pénitence alors qu’ils ne peuvent pas sortir de chez eux.

Le catéchisme est très clair à ce sujet: la confession individuelle et intégrale suivie de l’absolution demeure le seul mode ordinaire par lequel les fidèles se réconcilient avec Dieu et l’Eglise. Il prévoit néanmoins une dispense en cas d’impossibilité physique ou morale dispense (CEC 1484). Ainsi, «si tu ne trouves pas de confesseur, il faut que tu t’adresses directement à Dieu», a expliqué le pontife précisant la nécessité d’aller tout de même se confesser plus tard.

En disant à Dieu ainsi la vérité, en lui demandant pardon, par un acte de contrition bien fait, la grâce de Dieu agira et «notre âme redeviendra blanche comme la neige». Dieu est comme un Père qui guette le retour de son fils, a rappelé l’évêque de Rome. Pendant la période du Carême, sa tendresse doit pouvoir toucher les cœurs et les guérir de toutes les blessures de la vie. «Le Seigneur est capable de transformer le cœur mais cela demande de faire le premier pas», a confié le pape.

Les médecins sont des «piliers», salue le pape

«Hier, j’ai reçu un message d’un prêtre de Bergame demandant de prier pour les médecins de Bergame, Treviglio, Brescia, Cremona», a par ailleurs expliqué le pontife au début de la célébration eucharistique. Ces derniers «donnent leur vie pour aider les malades et pour sauver la vie des autres», a-t-il salué avant de demander de prier pour eux.

Le successeur de Pierre a également demandé de prier pour les autorités. Cette crise sanitaire n’est pas facile à gérer pour eux, a-t-il remarqué, «et souvent ils souffrent de malentendus». Qu’il s’agisse des médecins, des personnels hospitaliers, de bénévoles de santé ou des autorités politiques, «ce sont pour le moment des colonnes qui nous aident à avancer et à nous défendre dans cette crise» (cath.ch/imedia/pad/mp)

Confessionnal
20 mars 2020 | 09:57
par I.MEDIA
Partagez!