Suisse

Une «silent party» spirituelle à Genève

Le Temple de Plainpalais, à Genève, accueille le 9 décembre 2016 une «silent party» spirituelle. Une manière originale et attractive de faire réfléchir les jeunes à la spiritualité, explique à cath.ch Carolina Costa, co-organisatrice de l’événement.

L’événement est co-organisé par le groupe LAB –laboratoire de recherche et d’expérimentations de nouvelles spiritualités- lié à l’Eglise protestante de Genève (EPG) et l’association laïque Genève Ville Vivante. Les «silent party», un concept actuellement en vogue chez les jeunes, proposent l’écoute, dans le même endroit, de musiques différentes, par l’intermédiaire d’un casque sans fil distribué à chaque participant. A Plainpalais, trois DJ différents diffuseront ainsi, lors de cette soirée où près de 600 personnes sont attendues, trois styles musicaux que l’audience pourra sélectionner à souhait.

La musique comme langage universel

L’initiative est venue de Genève Ville Vivante, dont l’une des activités consiste à organiser des «silent party» dans des lieux insolites, en coopération avec d’autres structures. L’association a contacté le LAB, qui a accepté de co-organiser la manifestation dans le Temple de Plainpalais. Chaque «silent party» de Genève Ville Vivante à un thème différent. Pour la circonstance, c’est celui de la spiritualité qui a été choisi.

Du côté du LAB, qui se veut un espace où les jeunes peuvent partager des questions existentielles et spirituelles, la démarche est une manière de dire que l’Eglise protestante n’est pas déconnectée du monde extérieur ou de la jeunesse. L’objectif est d’amener, de manière légère et festive, les jeunes à se pencher sur la spiritualité, au sens large. «La musique est un langage universel, elle peut nous élever et être partagée par tous, au-delà des différences religieuses et culturelles», souligne Carolina Costa.

Amener sa propre richesse

La pasteure au sein de l’EPG remarque que la manifestation n’est pas marquée religieusement et qu’elle est ouverte à toutes les approches spirituelles. Elle estime qu’il existe clairement, en tout cas à Genève, une demande pour ce type de rencontres au-delà des cadres religieux conventionnels. Des espaces de partage et de réflexion sont aussi prévus et des conseillers du LAB à disposition pour un échange sur des questions spirituelles ou existentielles. Cela bien sûr sans prosélytisme, précise Carolina Costa. «La soirée se veut un espace de recherche de sens où chacun est invité à amener sa propre richesse, dans la diversité», assure-t-elle.

Un concert spirituel aura lieu de 18h à 19h15 avec le groupe Dodjoma entrecoupé de lectures et de témoignages de jeunes d’horizons divers sur la question «Qu’est-ce que la spiritualité pour moi?»(cath.ch/rz)

Les «silent party» proposent d'écouter dans le même endroit des musiques différentes
8 décembre 2016 | 16:27
par Raphaël Zbinden
Genève (261), Jeunes (110), spiritualité (90)
Partagez!