International

Soudan: trois églises incendiées dans l'Etat du Nil bleu

Trois églises, dont une appartenant à l’Eglise catholique, ont été incendiées depuis le 28 décembre 2019, à Bout, une ville située au sud-est du Soudan, dans l’Etat du Nil Bleu, à la frontière avec le Soudan du Sud.

Ce triple incendie pourrait être d’origine criminelle. Des inconnus ont mis le feu simultanément aux lieux de culte de l’Eglise baptiste «Sudan Interior Church» et des Eglises catholique et orthodoxe, selon l’Organisation soudanaise des droits de l’homme et de la démocratie (HUDO), basée à Kampala, en Ouganda.

L’organisation a souligné que la police, informée du sinistre, ne s’est pas déplacée pour constater les dégâts, enquêter, et mettre en place des mesures préventives. Les fidèles des trois Eglises les ont plus ou moins réparées. Mais dans la nuit du 16 janvier 2020, elles ont à nouveau été incendiées. 

Face à cette situation, HUDO, préoccupée par les violations des droits des fidèles, a exhorté le gouvernement du Soudan à prendre des mesures urgentes pour préserver les droits que la Constitution reconnaît et garantit aux chrétiens, qui sont des citoyens comme les autres.

Peuplé d’environ 1,2 million d’habitants, l’Etat du Nil Bleu a longtemps été secoué par des troubles indépendantistes, avec son voisin le Kordofan du Sud. Dans le premier Etat, le conflit sécessionniste a éclaté en septembre 2011, et dans le second, deux mois plutôt, en juillet. L’Etat du Nil Bleu est à dominance animiste, les chrétiens et musulmans y étant minoritaires. Le nombre de fidèles appartenant à ces deux communautés n’est pas précisé.

Politiques injustes et maladroites envers les chrétiens

Les incendies des églises ont eu lieu dans un contexte de détente pour les chrétiens du Soudan. A l’occasion de Noël, le ministre soudanais des Affaires religieuses et des dotations, Nasredin Mofreh, leur avait présenté les excuses du gouvernement pour «les politiques injustes et maladroites» menées contre eux, leurs familles et leur religion par le régime déchu d’Omar el Béchir pendant son règne de juin 1991 à avril 2019.

Le ministre a rappelé que les chrétiens avaient alors subi l’oppression avec notamment, la destruction de leurs lieux de culte, le vol de leurs biens, l’arrestation de leurs dirigeants et la confiscation des bâtiments appartenant à leurs Eglises.

Il a insisté sur la nécessité de défendre la tolérance religieuse, la solidarité fraternelle, la cohésion familiale, la compassion conformément aux recommandations de l’islam et du christianisme, rapporte l’émetteur indépendant Radio Dabanga, un média établi en exil à Amsterdam il y a 11 ans . Ces propos avaient suscité l’espoir d’une nouvelle ère pour les chrétiens. (cath.ch/ibc/bh)

L'église d'El Gadisiya, à l'est de Khartoum, démolie par les autorités le 15 mai 2017 |© worldwatchmonitor.org
22 janvier 2020 | 12:26
par Ibrahima Cisse
Eglises (29), incendie (36), Soudan (16)
Partagez!