Les réfugiés syriens fuient un pays dévasté  (Photo: Caritas Internationalis)
Suisse
Les réfugiés syriens fuient un pays dévasté (Photo: Caritas Internationalis)

La CES soutient la réinstallation des réfugiés en Suisse

01.12.2017 par Bernard Hallet

La Commission épiscopale Justice et Paix, le Service jésuite des réfugiés Suisse (JRS) et la Communauté SantʼEgidio soutiennent la Conseillère fédérale Simonetta Sommaruga qui demande une meilleure protection des réfugiés. La Conférence des évêques suisses (CES) plaide, le 1er décembre 2017, pour un programme de réinstallation des réfugiés en Suisse.

Alors que les conditions humanitaires sont insoutenables dans les pays côtiers du centre de la Méditerranée, la Conseillère fédérale Simonetta Sommaruga a plaidé pour une meilleure protection des réfugiés. “Elle a souligné que la garantie des droits humains des migrants et des migrantes est absolument prioritaire pour la Suisse”, détaille le communiqué de la CES.

Voies légales inexistantes

Par la fermeture des routes classiques de fuite et la suppression de lʼasile dans les représentations diplomatiques, les voies légales de fuite vers lʼEurope sont devenues pratiquement inexistantes, dénonce les associations caritatives. Des milliers de personnes ayant fui leur patrie se retrouvent à lʼheure actuelle hébergées dans des camps libyens – financés et soutenus par lʼEurope – dans des conditions indignes.

Programme de réinstallation

Pour la Commission épiscopale Justice et Paix, le Service jésuite des réfugiés Suisse (JRS) et la Communauté SantʼEgidio, lʼEurope se doit dʼintervenir fermement contre les abus, en vue dʼune aide efficace aux personnes en difficulté. Ces organismes approuvent donc avec conviction la proposition de la Conseillère fédérale Sommaruga de soustraire aux camps libyens des personnes particulièrement vulnérables et de leur offrir un secours en Suisse, et ce grâce à un programme de réinstallation.

Une stratégie européenne

“Cette mesure ne saurait être une réponse exhaustive au drame des réfugiés de par le monde”, insiste le communiqué. Une politique en faveur des réfugiés et des migrants doit sʼengager, notamment pour que la sauvegarde des droits de lʼhomme  soit vraiment prioritaire, avec assurance de lʼéradication des causes du drame des réfugiés. “Cette politique doit surtout promouvoir une stratégie à lʼéchelon européen permettant aux réfugiés retenus, voire molestés dans des pays comme la Libye, la Turquie et les Balkans de parvenir à une vie honorable”. (cath.ch/com/bh)


Dialogue avec les jeunes lors de la journée ANAVON | © Maurice Page

ANAVON inspire la communication de l'Eglise

Le dialogue sera au coeur de la journée ANAVON | Bernard Hallet

ANAVON: l'Eglise catholique en dialogue, le 29 septembre à Berne

Actualités ›