Strasbourg: enfants Tapori d’ATD quart monde au Conseil de l’Europe(090491)

«La misère, nous n’en voulons plus»

Strasbourg, 9avril(APIC) Une délégation d’une vingtaine d’enfants de Tapori, la branche enfance d’ATD quart monde, a été reçue vendredi 5 avril à

Strasbourg par Catherine Lalumière, secrétaire général du Conseil de l’Europe. L’occasion, après la rencontre de 1989 entre les enfants de Tapori et

le Conseil de l’Europe, d’aller dire à Strasbourg qu’il ne faut pas

attendre d’être adulte pour lutter contre la pauvreté.

La délégation était emmenée par Alwine de Vos van Steenwijk, présidente

du Mouvement international ATD quart monde fondé par le Père Joseph Wrésinski; les enfants ont présenté et remis à Catherine Lalumière la grande «Valise-Fresque de l’amitié et de la paix» réalisée à l’occasion de la quatrième commémoration des victimes de la misère tenue le 17 octobre 1990 à

Paris. Cette «Valise-Fresque» rend public ce dont les enfants ont témoigné

sur plus de 1’000 feuilles. Des enfants qui racontent qu’ils entendent devenir les «champions du bonheur», comme le leur avait demandé le Père Wrésinsky. Sur cette fresque, qui est actuellement exposée à Strasbourg, se

trouvent 3’000 noms que des enfants de 35 pays de tous les continents ont

envoyés pour exprimer leur engagement à refuser la misère.

Ce n’est pas la première fois qu’une telle délégation d’enfants de Tapori est reçue au Conseil de l’Europe. La collaboration entre cette institution et le Mouvement ATD quart monde remonte à 1977, année où le mouvement,

sous l’impulsion du Père Wrésinsky, son fondateur en 1957, obtient le statut consultatif auprès de ce Conseil en qualité d’Organisation non-gouvernementale.

L’histoire de la rencontre d’enfants très pauvres avec des enfants

n’ayant pas eu à subir une vie de privations et d’exclusions commence en

1965, à la suite d’un voyage en Inde qu’effectue le Père Wrésinsky. C’est

alors la naissance de Tapori et de l’objectif que la branche enfants d’ATD

quart monde se fixe: faire connaître la réalité des enfants particulièrement pauvres aux autres enfants, afin qu’ensemble ils puissent se rejoindre

dans l’amitié et le refus de l’exclusion.

Tapori devient très vite ce courant d’amitié prôné à travers le monde

entre enfants de tous milieux. Les messages d’amitié qui se multiplient deviendront la «Lettre Tapori». Dans la seule Europe, cette lettre relie chaque mois 9’000 enfants. Elle est écrite à partir du vécu des enfants du

quart monde et transmise par les animateurs. En 1979, à l’invitation du Père Wrésinsky, se déroulait la première Conférence mondiale des enfants contre la misère. 2’000 enfants rassemblés à Paris avaient alors lancé un appel signé par 100’000 personnes sur lequel on pouvait lire: «Il y a la misère et nous n’en voulons plus». C’est aussi ce que la délégation Tapori

est allée répéter vendredi dernier à Strasbourg. (apic/pr)

9 avril 1991 | 00:00
par webmaster@kath.ch
Partagez!