Suisse : L'armée élimine ses stocks de bombes à sous-munitions

11.07.2013 par webmaster@kath.ch

Berne, 11 juillet 2013 (Apic) L’armée suisse commencera dans le courant du deuxième semestre 2013 l’élimination de ses stocks de munitions à sous-munitions, a indiqué le 11 juillet 2013 le Département fédéral de la défense. Cette mesure répond aux exigences de la Convention sur les armes à sous-munitions, ratifiée le 17 juillet 2012.

Outre l’interdiction totale des bombes à sous-munitions, la Convention exige également la destruction des stocks existants. L’élimination été confié à une entreprise spécialisée allemande qui dispose d’une longue expérience dans ce domaine. Selon la planification, l’élimination correcte des stocks de munitions à sous-munitions de l’armée suisse sera terminée à la fin 2017.

Dans son message en vue de la ratifiction de la convention, le Conseil fédéral rappellait que “le développement et l’utilisation d’armes à sous-munitions remontent à la Seconde Guerre mondiale. Depuis lors, les vastes dégâts qu’elles ont entraînés en Asie du Sud-Est (au Laos et au Vietnam) dans les années 1960 et 1970 ont eu un grand retentissement dans l’opinion publique internationale. Au cours des vingt dernières années, elles ont été largement utilisées dans le cadre de conflits armés, notamment en Irak (1991, 2003) et au Koweït (1991), en ex-Yougoslavie (1999), en Afghanistan (2001/2002) ainsi qu’au Liban (2006). En outre, des indices laissent supposer l’utilisation d’armes à sous-munitions en Géorgie (2008) et au Sri Lanka, (2008/2009), en Thaïlande et au Cambodge (2011) ainsi qu’en Libye (2011).

Le gouvernement suisse soulignait encore que la question des engins non explosés est préoccupante. Leur pourcentage élevé pose en effet un grave problème humanitaire car ils font des victimes parmi la population civile de nombreuses années après la fin d’un conflit. Ce qui constitue un obstacle considérable pour la reconstruction des pays touchés. (apic/com/mp)


Actualités ›