Suisse

Suisse: plus de personnes admises aux funérailles

«Le Conseil fédéral l’a annoncé jeudi passé: un premier assouplissement portera, dès le 27 avril 2020, sur l’élargissement du nombre de personnes admises à assister aux sépultures», indique le vicaire général du diocèse de Sion dans la page «Eglises» du Nouvelliste du 25 avril. L’abbé Pierre-Yves Maillard annonce toutefois une exception concernant le rassemblement des proches autour de la tombe pour le diocèse de Sion.

La limite du nombre de personnes admises aux funérailles était fixée, jusqu’ici en Valais, à 15 personnes et au cercle familial. «Les personnes extérieures à la famille proche d’un défunt pourront à nouveau assister aux funérailles», précise l’abbé pierre-Yves Maillard, vicaire général de Sion.

En conséquence, conformément aux recommandations de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), les sépultures sont célébrées dans le cercle familial. Les familles déterminent qui participe aux funérailles d’entente avec le personnel célébrant, permettant ainsi de respecter le plan de protection élaboré par la paroisse.

Sépulture à l’intérieur de l’église

Les directives émises par la Conférence des évêques suisse (CES) le 21 avril dernier recommandent de célébrer les sépultures «en plein air (au bord de la tombe)». Cependant, précise l’abbé Pierre-Yves Maillard dans un courrier envoyé aux agents pastoraux du diocèse de Sion le 24 avril dernier, «Mgr Jean-Marie Lovey, évêque du diocèse de Sion et Mgr Jean Scarcella, Père-abbé de l’Abbaye de Saint-Maurice, sont d’avis que ce point est inapplicable chez nous et même contre­-productif, dans la mesure où il est sans doute plus facile de garantir une large répartition de l’assemblée (distanciation sociale) dans une église qu’autour d’une tombe. En conséquence, les sépultures peuvent donc se tenir à l’intérieur des églises».

Pour le reste, Mgrs Lovey et Sacrcella recommandent de suivre les mesures émises par la CES le 21 avril qui «sont absolument adéquates et doivent être appliquées intégralement dans le diocèse de Sion et le territoire abbatial». 

A l’exception des funérailles, ajoute le vicaire général, le Conseil fédéral a rappelé le 20 avril que les messes et les cultes dans les églises ne sont pas concernés par l’assouplissement annoncé pour les écoles et les commerces divers à partir du 11 mai prochain. «Ils font partie des rassemblements de personnes et restent donc interdits jusqu’à nouvel ordre».

Pas de Fête-Dieu en juin

Le Conseil fédéral a estimé qu’il est peu probable que les grandes manifestations pourront se dérouler avant la fin du mois de juillet. «Il est impossible de prévoir les traditionnelles messes et processions de la Fête-Dieu le 11 juin prochain», indique le vicaire général du diocèse.

L’abbé Pierre-Yves Maillard rappelle que ces différents reports ne signifient en rien l’arrêt de la pastorale. Les églises restent ouvertes pour la prière personnelle, les prêtres se tiennent à disposition pour des entretiens téléphoniques. Les rencontres personnelles, toujours limitées pour les personnes à risque, sont possibles en observant toutes les mesures prescrites, tout comme les confessions et le sacrement des malades.

De son côté, la CES est en train d’élaborer un concept de protection en vue du rétablissement des célébrations publiques dans les églises. Il s’agit de dispositions concrètes touchant surtout le respect de la distance sociale.

Le projet attend actuellement l’approbation des évêques. Il sera ensuite soumis à l’OFSP, puis publié au plus vite. «Ces directives seront valables pour l’ensemble des diocèses suisses», confiait à cath.ch le 21 avril Encarnacion Berger-Lobato, la porte-parole de la CES. (cath.ch/com/nf/bh)

26 avril 2020 | 11:51
par Bernard Hallet
Partagez!