Beaucoup de Suisses ont perdu leur Eglise de vue (Photo:La Belle Lumière/Flickr/CC BY-NC 2.0)
Suisse
Beaucoup de Suisses ont perdu leur Eglise de vue (Photo:La Belle Lumière/Flickr/CC BY-NC 2.0)

Suisse: les sorties d'Eglise continuent d'augmenter

08.02.2017 par Raphaël Zbinden

Le nombre des sorties d’Eglise, en Suisse, a augmenté en 2015 dans la plupart des cantons, révèlent les dernières statistiques de l’Institut suisse de sociologie pastorale (SPI). La désaffection touche aussi bien l’Eglise catholique romaine que les Eglises protestantes.

Les taux de sorties d’Eglise ont augmenté dans la plupart des cantons, note le SPI, dans un rapport publié le 8 février 2017. A noter que les statistiques de l’institut basé à Saint-Gall ne couvrent pas l’ensemble de la Suisse. En sont notamment absents une grande partie des cantons romands (le Valais, Vaud, Neuchâtel, Genève). Contacté par cath.ch, le SPI explique ne pas disposer d’informations suffisantes, du fait que ces données ne sont pas enregistrées dans ces cantons qui ne connaissent pas d’impôts ecclésiastiques.

Même tendance chez les voisins

Le rapport indique ainsi que les sorties d’Eglise sont particulièrement importantes dans les cantons de Bâle-Ville, de Soleure et d’Argovie. Ce premier canton enregistre un taux de sortie de l’Eglise catholique romaine de 30,6 pour mille en 2015, alors que celui-ci était de 20,5 pour mille en 2011/2012. Les chiffres sont pratiquement les mêmes chez les protestants. Le Jura révèle des taux relativement bas. 2,7 Jurassiens sur mille sont sortis de l’Eglise catholique en 2015. Ils étaient 2,6 pour mille sur la période précédente. Pour Fribourg, le SPI ne possède que des chiffres sur les réformés (10 pour mille en 2015/7,3 pour mille en 2011/2012).L’institut souligne que l’augmentation des sorties d’Eglise s’observe également en Allemagne et en Autriche. Il ne donne pas d’explications sur les éléments qui motivent cette tendance, relevant juste qu’en Allemagne, les modalités de perception de l’impôt ecclésiastique ont influencé cette hausse.

Pour qu’une personne soit considérée comme “sortie de l’Eglise”, il faut qu’elle ait été supprimée des registres de l’institution, après avoir formellement fait cette demande par écrit. Dans le canton de Fribourg, une sortie “partielle” est réalisable. Selon cette formule, la personne quitte les corporations ecclésiastiques cantonale et paroissiale sans sortir de l’Eglise catholique romaine en général, c’est-à-dire sans renoncer à professer la religion catholique. (cath.ch/com/rz)


Arnd Bünker, directeur de l'Institut de sociologie pastorale (SPI) | © Barbara Ludwig

50 ans du SPI, un institut de recherche "nécessaire" à l'Eglise

Initiative de l'église ouverte de Berne 'Foodsave Bankett' sur la place de la gare à Berne | www.offene-kirche.ch

Une Eglise qui veut maintenir l’esprit de l’Evangile se doit d’être innovante, estime Daniel Kosch

Actualités ›