Politique suisse: des tendances négatives pour les plus pauvres

Suisse: Un nouveau président pour le Mouvement ATD Quart Monde Suisse

Jacques Berset, Apic

Treyvaux, 25 avril 2004 (Apic) Le Lucernois Hans Peter Furrer, jusqu’en 2000 directeur général des Affaires politiques au Secrétariat général du Conseil de l’Europe à Strasbourg, est le nouveau président de la section suisse de ATD Quart Monde. Il a été élu lors de l’assemblée générale du 24 avril à Treyvaux, dans le canton de Fribourg. Il remplace le journaliste bâlois Jürg Meyer, qui a exercé pendant 34 ans la présidence de cette association engagée dans la lutte contre la pauvreté en partenariat avec les plus pauvres eux-mêmes, dans diverses régions de Suisse et à travers le monde.

Interrogé sur les conséquences pour les plus pauvres en cas d’acceptation par le peuple suisse du paquet fiscal en votation le 16 mai prochain, Jürg Meyer les a qualifiées de «négatives». Ancien journaliste à la «Basler Zeitung» et auteur d’un ouvrage sur la pauvreté en Suisse (»Armut in der Schweiz»), J. Meyer les a situées dans la tendance générale «dangereuse» des mesures d’économies qui ne font que creuser le fossé social en Suisse.

Le nouveau président Hans Peter Furrer estime lui aussi que la réflexion sociale concernant les familles n’a pas joué dans les propositions d’allégement fiscal du 16 mai : «Les familles riches en profiteront davantage.»

Pour un plan d’action contre la pauvreté et l’exclusion sociale

Avec l’élection de Hans-Peter Furrer, ATD Quart Monde a choisi une personnalité sensibilisée depuis longtemps à la lutte contre la misère. Jeune lycéen, il répondait à l’appel lancé par l’Abbé Pierre durant l’hiver 1954 et participait à la construction d’abris pour les gens de la rue, et au Conseil de l’Europe, il menait avec des collègues la réflexion sur des plans de lutte contre l’exclusion sociale.

Le mouvement estime que son nouveau président, grâce à ses compétences, pourra faire avancer l’un des projets qui lui tient à coeur: l’élaboration d’un Plan national de lutte contre la pauvreté avec tous les partenaires concernés, «même si certaines forces politiques veulent étouffer cette initiative». En juin dernier, le conseiller national Paul Rechsteiner a déposé une motion dans ce sens et le Conseil fédéral s’y est montré favorable. Mais le débat parlementaire n’a pas encore eu lieu. Le Mouvement ATD Quart Monde milite pour que ce Plan national soit élaboré avec la collaboration active des populations qui connaissent l’expérience de la pauvreté et de l’exclusion sociale.

Il s’agit, a rappelé le Bâlois Eugen Brand, délégué général du mouvement au niveau international, de placer la question de la pauvreté et de la misère au coeur du discours sur la démocratie et la citoyenneté: l’extrême pauvreté et l’exclusion sociale sont une grave violation des droits de l’Homme. Et de rappeler les temps difficiles, à la fin des années 60, quand le mouvement ATD Quart Monde révélait à une Suisse incrédule l’existence cachée de la misère dans une société prospère, les confrontations violentes du début avec le corps enseignant et les services sociaux. «On a parfois été maladroits, mais le mouvement a mûri», a concédé Eugen Brand, qui souligne le partenariat qui a été établi avec les enseignants et les travailleurs sociaux.

Ainsi, à Genève et en Suisse romande, ATD Quart Monde poursuit le dialogue entre familles défavorisées et enseignants dans le cadre du cycle «L’école de tous les enfants»; à Bâle, où le mouvement développe comme dans d’autres villes suisses ses «bibliothèques de rue» et son action de partage du savoir avec des enfants et leurs familles, la collaboration se développe avec les services sociaux. Le mouvement participe également, en partenariat avec des familles très pauvres, à la consultation sur les nouvelles lois fédérales, notamment celle qui concerne le domaine des tutelles, curatelles et placement d’enfants à des fins d’assistance.

Près de 350 volontaires au niveau international

L’originalité du mouvement ATD Quart Monde est son volontariat engagé de façon durable auprès des familles plus pauvres. Il y a près de 350 volontaires permanents au niveau international, dans 29 pays, sur 5 continents. Parmi eux, on compte 26 Suisses, dont 9 actifs en Suisse même. Ils peuvent bénéficier du soutien d’alliés en Suisse, dont 3’500 leur apportent un soutien financier régulier. Malgré cet engagement réjouissant, ATD Quart Monde, depuis plusieurs années, n’est plus en mesure de sortir des chiffres rouges.

Les comptes 2003 montrent un déficit de près de 54’000 francs, alors même que la fondation d’ATD international «terre et homme de demain» en France a fourni une subvention de pour l’an dernier de 265’000 francs. Malgré une augmentation appréciable de cette aide extérieure, le budget 2004 prévoit un excédent de charges de quelque 62’000 francs. Le secrétariat national à Treyvaux, dans la campagne fribourgeoise, va devoir mettre davantage d’énergie dans la recherche d’argent, et espère trouver 2’000 nouvelles adresses pour son fichier de sympathisants.

Pour ne pas grever le compte de fonctionnement, ATD Quart Monde Suisse va créer un compte séparé pour réaliser l’une de ses priorités nationales: la transformation de la maison du centre national à Treyvaux pour permettre des sessions de formation et de création sur plusieurs jours. Le coût des travaux est devisé à 2,3 millions de francs – à trouver notamment auprès de fondations – mais ils ne démarreront que lorsque la moitié de la somme aura été réunie. (site internet: www.quart-monde.ch) (apic/be)

25 avril 2004 | 00:00
par webmaster@kath.ch
Partagez!