International

Suspension des cultes: des évêques de France saisissent la justice

Au moins six évêques français ont saisi le Conseil d’Etat contre la décision d’interdiction des cultes dans le pays. Dans le cadre du second confinement en France, la mesure s’applique à partir du 3 novembre 2020.

Parmi les évêques contestataires, se trouvent des figures telles que Mgr Marc Aillet, évêque de Bayonne ou Mgr Dominique Rey, évêque de Fréjus-Toulon, note le quotidien La Croix. Ils ont signé avec trois autres évêques une tribune publiée par le quotidien Le Figaro. Dans ce texte, les cinq prélats estiment que «la liberté de culte ne peut se négocier, surtout en des temps où elle est menacée». Il est co-signé par plusieurs intellectuels catholiques, parmi lesquels les philosophes Rémi Brague, Chantal Delsol, et Fabrice Hadjadj, directeur de l’institut Philanthropos, à Fribourg.

Le président de la Conférence des évêques de France (CEF), Mgr Éric de Moulins-Beaufort, va saisir une autre instance: le tribunal administratif. Alors que le Conseil d’Etat est l’institution publique chargée de conseiller le gouvernement français, le tribunal administratif permet à tout citoyen français de contester une décision prise par l’État.

Grogne aussi en Angleterre

Ces actions en justice viennent s’ajouter à «une avalanche» de recours émanant de particuliers et de mouvements d’Eglise, selon Jérôme Triomphe, avocat de plusieurs requérants. Pour Mgr Rey, ces démarches se justifient «par la centralité pour les chrétiens de la vie eucharistique et du rassemblement dominical, qui sont structurants dans notre vie chrétienne, personnelle et fraternelle.»

Les contestataires précisent qu’il ne s’agit pas de refuser les contraintes sanitaires. «Il faut défendre la liberté de culte tout en respectant les mesures de sécurité indispensables, déclare Mgr Rey. À ma connaissance, il n’y a pas eu de cluster dans une église catholique depuis le déconfinement».

La grogne est aussi effective en Angleterre, où un confinement a été ordonné le 31 octobre, qui implique l’interdiction des cérémonies religieuses. Les évêques catholiques d’Angleterre et du Pays de Galles au demandé au gouvernement qu’il justifie formellement la nouvelle fermeture des églises.

Les prélats soulignent, d’après le journal catholique The Tablet, que les communautés religieuses ont joué un rôle vital de soutien à la santé mentale et spirituelle de la population. (cath.ch/cx/figaro/tablet/rz)

Mgr Eric de Moulins-Beaufort conteste la suspension des messes en France | © I.Media
3 novembre 2020 | 15:55
par Raphaël Zbinden
Partagez!