Synode sur l’Amazonie: populations isolées privées d’accès aux sacrements

Le synode pour l’Amazonie devra répondre à la «souffrance» des populations privées d’accès aux sacrements, affirme Mgr Fabio Fabene, sous-secrétaire du synode des évêques. En effet, a-t-il souligné le 17 juin 2019, en  Amazonie, des peuples très isolés souffrent de l’impossibilité d’accéder aux sacrements.

Mgr Fabio Fabene présentait le document de travail (Instrumentum laboris) du synode pour l’Amazonie qui se réunira en octobre 2019. Dévoilé le même jour par le Saint-Siège, l’Instrumentum laboris guidera l’ensemble des réflexions des Pères synodaux lors de l’assemblée réunie du 6 au 27 octobre. En petits groupes ou en plénière, ils réfléchiront sur les paragraphes un à un, en votant pour les approuver, pour les modifier ou encore pour les rejeter.

Relance de la pastorale vocationnelle

Ce synode, a expliqué Mgr Fabene, devra notamment trouver des réponses à la «souffrance très profonde» des communautés indigènes isolées et donc privées d’accès aux sacrements pendant de longs mois, voire plus. En effet, a-t-il insisté, «l’Eglise fait l’eucharistie et l’eucharistie fait l’Eglise». Une relance de la pastorale vocationnelle, en particulier au sein de ces populations indigènes doit donc suivre cette assemblée synodale.

Toutefois, a poursuivi le prélat italien, il est aussi possible de se pencher sur de nouvelles pistes pour assurer les sacrements. C’est ce que propose l’Instrumentum laboris lorsqu’il demande au n.129 de réfléchir à la question de l’ordination d’hommes mariés âgés et respectés – les fameux viri probati, termes que le document n’utilise pas. Cette demande, a précisé Mgr Fabene, ne vient pas remettre en cause le célibat des prêtres – qualifié de «don» dans le document de travail – et concerne une communauté bien particulière.

Le diaconat féminin pas abordé

Plus généralement, a repris Mgr Fabene, l’Instrumentum laboris s’interroge sur les «ministères laïcs» et en particulier sur les ministères «officiels» qui peuvent être confiés à des femmes. Toutefois, a expliqué le sous-secrétaire du synode, la question du diaconat féminin n’est pas reprise par l’Instrumentum laboris car le pape François a déjà déclaré que le sujet méritait plus d’approfondissements. De fait, la commission nommée par le pontife pour se pencher sur cette question n’est pas parvenue à une conclusion unanime.

Pour le Père Humberto Miguel Yáñez, professeur de théologie morale à l’Université pontificale grégorienne, le synode sur l’Amazonie doit appeler à une conversion intégrale des personnes mais aussi de l’Eglise. Ainsi, celle-ci doit faire évoluer sa pastorale pour enseigner, après avoir écouté les peuples indigènes. Alors, a-t-il espéré, l’Eglise pourra exercer sa «mission prophétique», y compris auprès de ceux qui exploitent l’Amazonie. Cet Instrumentum laboris veut donc être le reflet d’une telle écoute des peuples indigènes. (cath.ch/imedia/xln/be)

L'Eglise doit tenir compte de la cosmovision particulière des populations indigènes | © Jacques Berset
17 juin 2019 | 16:38
par Jacques Berset
Partagez!