International

Syrie: Attentat contre une cérémonie de commémoration du génocide assyrien

Un attentat-suicide contre une cérémonie religieuse commémorant le génocide des Assyriens a fait quatre morts, le 19 juin 2016, à Qamishli, dans le nord de la Syrie. L’attaque non revendiquée visait le patriarche syriaque orthodoxe Ignace Ephrem II, qui n’a pas été blessé.

Le terroriste a cherché à entrer dans la salle où les personnes étaient réunies mais s’est fait exploser au moment de son arrestation par les forces de sécurité, rapporte l’agence d’information vaticane Fides, d’après des sources locales. La sécurité était assurée par les «Sotoro», des milices chrétiennes du nord-est de la Syrie. Trois de ses membres sont morts dans l’attaque, cinq ont été blessés. L’attentat, qui n’est pas le premier dans la ville de Qamishli, n’a pas été revendiqué.

Le patriarche Ephrem II visé

Les participants commémoraient le massacre assyrien, connu sous le nom de «Seyfo», perpétré par l’armée ottomane au cours de la première guerre mondiale, durant lequel 250’000 personnes auraient péri, certaines sources avançant le chiffre de 750’000. La population assyrienne – appartenant aux Eglises syriennes, assyriennes et chaldéenne – du nord de l’Irak actuel, du sud-est de la Turquie et du nord-ouest de l’Iran a été déplacée de force et massacrée par les forces ottomanes et kurdes autour de 1915.

Le patriarche de l’Eglise orthodoxe syriaque, Ignace Ephrem II, était présent à la cérémonie. Il a inauguré le même jour un monument commémorant le génocide assyrien. Selon l’AFP, le kamikaze ciblait le convoi du patriarche.

La ville de Qamishli, à majorité kurde, est actuellement divisée en deux, une partie étant contrôlée par les milices kurdes et l’autre par l’armée syrienne. (cath.ch-apic/fides/rz)

 

Le patriarche syriaque orthodoxe Ignace Ephrem II était visé par l'attaque
20 juin 2016 | 17:40
par Raphaël Zbinden
Partagez!