Basia et Krysia participent depuis 2009 aux rencontres de Taizé | © zVg
Suisse
Basia et Krysia participent depuis 2009 aux rencontres de Taizé | © zVg

Taizé: Se rencontrer, échanger, apprendre à se connaître

30.12.2017 par Georges Scherrer, kath.ch/traduction: Raphaël Zbinden

Basia et Krysia sont arrivées de Pologne pour la Rencontre de Taizé, qui se déroule actuellement à Bâle. Elles expliquent pourquoi elles ont fait ce long voyage dans la cité rhénane, où des milliers de jeunes sont réunis depuis quelques jours dans la prière.

“Nous nous appelons Basia et Krysia. Nous sommes des sœurs jumelles et nous venons de Pologne. Nous aimerions raconter à tous comment a commencé notre ‘addiction’ à Taizé. Tout a commencé en 2009, lorsqu’une rencontre européenne a eu lieu dans notre ville de Poznan. Depuis cette année, nous participons à toutes les réunions. Bâle est ainsi notre neuvième ville – oh, comme le temps passe vite! Nous avons eu la chance de vivre l’esprit de Taizé et maintenant nous pouvons commencer la nouvelle année d’une autre manière – meilleure – que d’habitude.

Il est très difficile d’expliquer ce qui nous amène à Taizé. Nous avons connu le soleil de Valence et le froid de Prague. Mais le pays importe peu. La raison principale qui attire les jeunes, et c’est la même chose pour nous, ce sont ces moments de prière, ces chants répétés et simples et ces temps où l’on peut vivre le silence. Ensemble nous pouvons approfondir notre foi et chercher le sens de notre vie.

L’idée de la rencontre est que les participants se confrontent à ce qui les rassemble et à ce qui les sépare- il n’ y a pas de frontières. Cette année, trois pays sont responsables de l’accueil des pèlerins. C’est l’occasion de voir des milliers de jeunes – catholiques, protestants, orthodoxes et athées – se rassembler pour prier ensemble.

Dès le début, cette rencontre a été très différente pour nous. Car nous avons décidé d’expérimenter le “Pèlerinage de la Confiance”, avant le départ principal à Bâle, pour accueillir les participants non seulement d’Europe mais aussi des autres continents.

Nous sommes sûres que chacun d’eux peut découvrir quelque chose d’aussi beau que ce que nous avons découvert.” (cath.ch/kath/gs/rz)

 


Frère Aloïs, prieur de la communauté de Taizé (Photo: Wiesia/Flickr/CCBY-NC-ND 2.0)

Synode des jeunes: Frère Alois plaide pour un “ministère d’écoute”

Frère Aloïs, prieur de la communauté de Taizé (Photo: Wiesia/Flickr/CCBY-NC-ND 2.0)

Frère Alois de Taizé: "Vivre l'unité comme échange de dons"

Actualités ›