Sachets de 'viroba' (Photo:  www.ippmedia.com)
International
Sachets de 'viroba' (Photo: www.ippmedia.com)

Tanzanie: Les autorités partent en guerre contre la pollution sonore des Eglises nouvelles

12.04.2016 par Ibrahima Cissé, correspondant de cath.ch pour l'Afrique

Les autorités d’Arusha, en Tanzanie, partent en guerre contre la pollution sonore causée par les Eglises nouvelles, afin de préserver la quiétude nocturne de la population de cette ville de près de 300’000 habitants.

Selon le quotidien tanzanien “Daily News”,  à Arusha, comme dans la plupart des métropoles africaines, les nouvelles sectes chrétiennes prolifèrent. Elles envahissent rues et quartiers et  mènent leurs activités tout au long de la nuit, au mépris du droit au repos des citoyens.

Les autorités ont ainsi décidé de prendre des mesures visant à mettre un terme aux activités de ces sectes à la tombée de la nuit. Elles sont considérées comme “un chaos” mettant en cause la tranquillité nocturne de la ville.

Bruit insoutenable

Le commissaire régional d’Arusha Daudi Felix Ntibenda a demandé à tous les responsables de l’Etat, au niveau régional, d’informer les propriétaires des églises que leurs activités nocturnes incommodent de nombreux habitants de la ville touristique. Ces Eglises utilisent des haut-parleurs dans les zones résidentielles.

“Nous avons un problème à Arusha: presque partout, de nos jours, quelqu’un érige une tente pour servir d’église”, a-t-il dénoncé. “La population vit avec la pollution sonore 7 jours sur 7”, a-t-il poursuivi. Il a incité l’administration locale à se pencher sur cette situation “de toute urgence”, en vue réduire au minimum le bruit provoqué par les activités des sectes chrétiennes.

Interdiction des sachets de ‘viroba’

“Nous ne pouvons pas interdire les tables de billard et les débits de boisson alcoolisée pendant la journée, et permettre aux gens de faire du bruit pendant la nuit”, a souligné Ntibenda, qui a déjà interdit la vente de sachets de boissons alcoolisées dans les épiceries et les magasins. Après l’interdiction de boire de la bière durant la journée, les gens ont trouvé une autre façon de boire des boissons alcoolisées, en achetant des sachets de “viroba” qu’ils mélangent à de l’eau ou d’autres boissons, provoquant l’ivresse. (cath.ch-apic/ibc/be)

 

 


Jeanne Magnin s'est lancée dans la photo à 60 ans. | © B. Hallet

Jeanne Magnin: une conversion à la lumière des églises

Une église copte en Egypte. (photo: Flickr/D. Perries/CC BY-NC-ND 2.0)

Egypte: l’évêque Makarios refuse une session de réconciliation

Actualités ›