Le jardin du Collegio Papio date du 16e siècle | © DR
Suisse

Tessin: le Collegio Papio se reconnecte avec la Création

A Ascona (TI), le Collegio Papio, un établissement scolaire géré par le diocèse de Lugano, va entreprendre la rénovation de son grand jardin. Cet espace unique en son genre sera aménagé en fonction des principes de l’écologie intégrale, avec un souci de permettre la reconnexion du visiteur avec la nature.

Laura Quadri, catt.ch/traduction et adaptation: Raphaël Zbinden

Se tourner vers le passé pour améliorer le présent et l’avenir des étudiants. C’est le Leitmotiv du Collegio Papio pour valoriser son espace vert. La municipalité d’Ascona a récemment annoncé le projet de rénovation, de réaffectation et de réaménagement du grand jardin de style Renaissance de l’établissement scolaire fondé en 1584. Pour un coût total d’environ 1,8 million de francs, le projet vise à redonner une place de choix à ce «poumon vert» de la vieille ville d’Ascona. L’espace, dû à l’archevêque de Milan saint Charles Borromée, et situé à deux pas du lac Majeur, est unique en son genre au Tessin.

Un lieu de prière

La restructuration du jardin, explique Don Patrizio Foletti, recteur du Collegio Papio, est un défi majeur, qui nécessite un soin et une sensibilité particuliers. Car, au-delà de la simple reconstruction matérielle, il s’agit de trouver un moyen de faire revivre «l’esprit» avec lequel le jardin, qui existait avant la fondation du Collège, a été souhaité par le cardinal milanais lors de sa visite à Ascona, en 1583. «La valeur du lieu était clairement symbolique. Il s’agissait d’un espace moins dédié à la récréation des étudiants qu’au repos méditatif, à la réflexion, voire à la prière. Un lieu intime, rempli de plantes soigneusement sélectionnées et entouré, encore aujourd’hui, de murs qui encouragent un sentiment de recueillement et de protection». Frédéric Borromée, cousin et successeur de saint Charles Borromée sur le siège de Milan (1564-1631), a plus tard encore renforcé cet aspect, en faisant du site une véritable «oasis de prière».

Transformé en potager

Quelque chose de cet esprit a résisté au temps: «Dans les années 1980 – se souvient Don Foletti – nous célébrions souvent, avec quelques Frères, la messe dans la chapelle mariale du jardin». Des besoins divers ont toutefois contribué à détourner quelque peu la vocation originelle du lieu. «Les bénédictins, au siècle dernier, comme d’autres au XIXe siècle, avaient fait du jardin avant tout un moyen de subsistance, en le transformant en potager. L’objectif de la rénovation est de retrouver la valeur spirituelle et récréative du site».

Le Collegio Papio a été fondé en 1584 | © collegiopapio.ch

En ce sens, explique le recteur, il s’agira d’une restauration de «conservation»: les bâtiments existants reliés aux espaces verts et aux accès seront mis en valeur. Les chemins et les pelouses seront rendus disponibles aux étudiants pour des moments de détente. Tout en réaménageant le jardin pour lui donner une nouvelle dimension culturelle, symbolique et spirituelle, le bien-être des étudiants n’est ainsi pas oublié. «Le projet – souligne don Foletti – répond également à une exigence de la Charte de la Fédération des écoles catholiques de Suisse, qui, en plus de définir les lignes générales et les caractéristiques de l’enseignement, demande aux établissements de mettre à disposition un espace de recueillement, de silence et de prière (…) Les écoles doivent être avant tout des «communautés», avec des espaces adéquats pour le développement intégral de la personne.

Un espace de reconnexion pour tous

L’intention existe, bien reçue par la municipalité, d’impliquer, au-delà des étudiants, toute personne passant par le collège. «En profitant de la position du jardin, au cœur d’Ascona, nous voudrions offrir à tous ceux qui se sentent dépassés par la frénésie de la vie quotidienne et par les rythmes de travail, un espace vert où s’arrêter, s’accorder un moment de pause, retrouver au contact de la nature la connexion avec soi-même».

Des choix pas uniquement inspirés par l’héritage du passé, ou la Charte des écoles catholiques, mais aussi par les nombreux appels du pape François et, avant lui, de Benoît XVI. «Tous deux – souligne le recteur – nous appellent, en tant que croyants, à concrétiser l’écologie intégrale, qui est une invitation à prendre soin à la fois de la Création et de l’homme, en partant de la conviction que tout est connecté. C’est ainsi que le nouveau jardin contribuera à la croissance humaine autant que spirituelle de nos étudiants.» (cath.ch/lq/catt/rz)

Le Collegio Papio a été fondé en 1584 par le cardinal saint Charles Borronée grâce à un legs de Bartolomeo Papio, un patricien originaire d’Ascona et résidant à Rome, rapporte le site de l’établissement. L’histoire séculaire du Collège a été très mouvementée et a vu se succéder de nombreuses directions appartenant à divers ordres religieux, dont les derniers sont les Bénédictins d’Einsiedeln (1924-1964), avec lesquels s’est terminée la longue période papale. Depuis 1965, le Collegio Papio est géré par le diocèse de Lugano. RZ

Le jardin du Collegio Papio date du 16e siècle | © DR
25 janvier 2021 | 11:32
par Rédaction
Partagez!