Pour le pape, tout chrétien est appelé à la sainteté | © Pierre Pistoletti
Vatican
Pour le pape, tout chrétien est appelé à la sainteté | © Pierre Pistoletti

Tous les chrétiens sont appelés à la sainteté au quotidien

06.04.2018 par I.MEDIA

Attendue le 9 avril, la troisième lettre apostolique du pape François – Gaudete et exsultate – portera sur la “sainteté“. Un thème qui court sur l’ensemble du pontificat, souvent abordé par le successeur de Pierre pour encourager les fidèles à la perfection chrétienne “dans les petites choses du quotidien“.

L’Eglise est pleine de “saints du quotidien“, s’était ainsi réjoui le pape François lors de l’audience générale du 14 mai 2014. Ces “saint cachés parmi nous“ accomplissent leur devoir “dans l’ordinaire de [leur] vie quotidienne“. Ce sont des pères, des mères, des frères, des sœurs, des citoyens. “Il y en a tant ! Rendons grâce au Seigneur pour ces chrétiens qui sont d’une sainteté cachée“.

Pour le successeur de Pierre, “il ne faut pas nécessairement être évêque, prêtre ou religieux“ pour être saint. En tant que baptisés, les chrétiens sont “tous appelés à devenir saints“, a-t-il ainsi affirmé lors d’une autre audience sur la place Saint-Pierre le 19 novembre 2014. Reprenant ainsi l’invitation à la sainteté pour tous, déjà exprimée lors du concile Vatican II, et avant cela par saint François de Sales notamment (1567-1622), avec son Introduction à la vie dévote.

“Lorsque le Seigneur nous invite à devenir saints“, a encore déclaré l’actuel pontife le même jour, il invite “à vivre et à offrir avec joie chaque moment de notre vie, en le faisant devenir dans le même temps un don d’amour pour les personnes qui sont à nos côtés“. Ainsi, selon le chef de l’Eglise catholique, la sainteté “commence avec les petites choses“.

C’est donc en vivant “avec amour“ et “dans les occupations de chaque jour“ que les chrétiens sont appelés à la sainteté, avait-t-il insisté, quelle que soit leur condition. Lors d’une audience générale le 21 juin 2017, l’évêque de Rome avait encore déclaré que la vie chrétienne n’était pas “un idéal impossible à atteindre“.

Même si les fidèles se sentent parfois faibles, fragiles et pécheurs, avait de même reconnu le pape argentin, le 2 octobre 2013, il ne faut pas avoir “peur de la sainteté“, car Dieu invite à “viser haut“ et à se “laisser aimer et purifier“ en faisant confiance à l’Esprit Saint.

“La sainteté ne consiste pas avant tout à faire des choses extraordinaires“, avait encore exprimé le successeur de Pierre ce jour-là, mais à “laisser agir Dieu“. Puis, renouvelant une citation du mystique français Léon Bloy (1846-1917) comme il l’avait fait lors de sa première messe en tant que Souverain pontife: “Il n’y a qu’une seule tristesse dans la vie, celle de ne pas être saints“.

En avril 2013, le chef de l’Eglise catholique avait encore souligné le concept de “classe moyenne de la sainteté” au cours d’une homélie à la basilique majeure de Saint-Paul-hors-les-Murs. Une formule développée par un autre auteur français, Joseph Malègue (1876-1940). “Nous pouvons tous faire partie” de cette classe, avait alors insisté le pontife. (cath.ch/imedia/pad/pp)


Pièces de monnaie du Vatican (Photo: Tnarik Innael/Flickr/CC BY-SA 2.0)

Le Vatican, un Etat marqué par la figure du pape (Série 5/5)

Rencontre mondiale des familles 2018 |www.worldmeeting2018.ie

Irlande: le voyage du pape mettra l’Eglise "au défi", estime l’archevêque de Dublin

Actualités ›