Vatican

Un nouvel ouvrage sur la mission dans lequel le pape François se livre

«L’Eglise, soit elle est en sortie, soit ce n’est pas l’Eglise», affirme le pape François dans un livre-entretien intitulé ‘Sans Lui nous ne pouvons rien faire. Etre missionnaires aujourd’hui dans le monde‘. Publié par la Librairie éditrice du Vatican, l’ouvrage sera disponible à partir du 5 novembre 2019.

«Annoncer Jésus et son Evangile comporte toujours l’action de sortir et de se mettre en chemin», explique le premier pape jésuite de l’histoire, d’après un des extraits de l’ouvrage publié par l’agence Fides le 4 novembre. A ce titre, François souligne être entré dans les rangs de la Compagnie de Jésus en 1958 après avoir été marqué par les missionnaires qui allaient «toujours vers les frontières».

Être sans cesse en sortie

L’Eglise doit donc se mettre sans cesse «en sortie», souligne le pape François. Cette phrase – véritable refrain de l’actuel pontificat – n’est pas une simple «expression à la mode» ni même un «programme» que l’Argentin aurait lui-même inventé. Il s’agit plutôt d’un «commandement» du Christ demandant d’aller prêcher l’Evangile dans le monde entier et à toute créature.

«L’Eglise, soit elle est en sortie, soit ce n’est pas l’Eglise», tranche ainsi le successeur de Pierre. Sans cette annonce, elle court le risque de se corrompre et de se dénaturer et de devenir «une association spirituelle, une multinationale visant à lancer des initiatives et des messages à contenu éthique et religieux».

Or, ce qui fait sortir l’Eglise d’elle-même, c’est le Christ, pointe encore le Souverain pontife, grâce à l’Esprit saint véritable «protagoniste» de la mission. «C’est Lui qui prépare et travaille les cœurs», insiste-t-il. Il chamboule les plans des apôtres, les accompagne, les guide et les console dans toutes les circonstances qu’ils sont amenés à vivre. Sans Lui, vouloir faire la mission devient un projet de «conquête» religieuse voire idéologique.

Les martyrs, des vainqueurs et non des victimes 

La mission n’est donc pas un «projet entrepreneurial bien huilé», affirme le chef de l’Eglise catholique, ni un «spectacle organisé» dans le but de rassembler un maximum de personnes «grâce à notre propagande». Pour le pontife, l’annonce de l’Evangile revient à mettre en paroles «sobres et précises» le témoignage même du Christ et passe toujours par la «force bouleversante du scandale de la Croix». C’est pourquoi, il n’est pas nécessaire d’inventer des «discours persuasifs».

Par ailleurs, le pape François évoque l’expérience du martyre. Le martyre est la plus haute expression de la reconnaissance et du témoignage rendu au Christ, estime-t-il, et représente l’accomplissement de la mission.

Les coptes tués en Libye en prononçant le nom de Jésus pendant pendant leur décapitation ou encore les religieuses de Sainte Mère Teresa tuées au Yémen en soignant des musulmans sont autant d’exemples de cette œuvre apostolique. «Ce sont tous des vainqueurs, pas des victimes», déclare-t-il. Leur martyre illumine celui que chacun peut endurer dans sa vie quotidienne. (cath.ch/imedia/pad/gr)

Faire mémoire des martyrs est un devoir de gratitude pour toute l'Eglise, estime le pape. | © Flickr/Republic of Korea/Flickr/CC BY-SA 2.0
5 novembre 2019 | 11:32
par I.MEDIA
Martyrs (74), mission (36), Ouvrage (2), pape françois (1664)
Partagez!