Suisse

Une «étole» pour les agents pastoraux laïcs créée au monastère de Fahr

Au cours des célébrations liturgiques, les évêques, les prêtres et les diacres portent une étole. Désormais, le monastère de Fahr (AG) propose aussi aux agents pastoraux laïcs une bande de tissu qui retombe verticalement sur leur aube. Pour l’Institut liturgique de la Suisse alémanique, il s’agit d’une «option délicate».

Ueli Abt/kath.ch, traduction et adaptation Davide Pesenti

En laine ou en soie, la nouvelle «étole» de quatre centimètres de large, est tissée à la main. Elle est cousue en haut de l’épaule gauche de l’aube et retombe librement sur le devant. Selon le monastère bénédictin argovien, il s’agit d’un développement ultérieur des «étoles de Fahr», habits liturgiques déjà existants pour les prêtres et les diacres.   

«En Suisse, beaucoup de paroisses et d’Unités pastorales sont dirigées par des théologiens et théologiennes laïcs, car souvent les prêtres ou les diacres manquent. Ils assument ainsi également la conduite des liturgies», souligne le monastère dans un communiqué. Ces responsables de célébrations liturgiques devraient donc être tout de suite reconnaissables.

Réponse à un besoin

«C’est un besoin exprimé par les agents pastoraux laïcs qui dirigent des célébrations de la Parole, de pouvoir portent un signe reconnaissable», soutient Manuela Camichel, directrice de l’atelier des habits liturgiques au monastère de Fahr. Pour elle, il est aussi important que ces responsables liturgiques puissent disposer de vêtements qui respectent les couleurs liturgiques.

La nouvelle «étole» pour laïcs produite au monastère de Fahr|© zVg

Le monastère de Fahr n’a pas clarifié préalablement si sa nouvelle création était compatible avec les règles liturgiques en vigueur. «Nous la proposons à nos clients, tout comme le font nos concurrents, a déclaré Manuela Camichel. Les responsables décideront, au cas par cas, qui pourra porter cette étole».

Manque de réflexion préalable

«C’est surtout l’appellation ›étole’ qui est délicate d’un point de vue de la théologie de la liturgie», affirme Gunda Brüske, co-directrice de l’Institut liturgique pour la Suisse alémanique (LI). La liturgiste révèle que les étoles sont des vêtements liturgiques réservés aux prêtres et aux diacres.

Gunda Brüske considère toutefois compréhensible le désir des agents pastoraux laïcs d’avoir un signe liturgique distinctif de couleur. De la part de ce groupe professionnel, elle entend parfois le souhait qu’à leur aube blanche, mais aussi à celle des enfants de chœur, on puisse associer un élément de couleur en lien avec l’année liturgique. «Le signe triangulaire dit ›scapulaire’ est une autre tentative dans ce sens, mais esthétiquement il n’est pas satisfaisant», soutient Gunda Brüske, pour qui, il n’y a malheureusement pas eu d’échanges préalables entre le monastère Fahr et l’Institut liturgique qui siège à Fribourg.

Dialogue avec l’abbé

Au sein de la Conférence des évêques suisses (CES), Urban Federer, abbé d’Einsiedeln et de Fahr, est responsable pour le domaine de la liturgie. «L’innovant atelier d’habits liturgiques du monastère de Fahr a contacté l’abbé Urban», assure le monastère d’Einsiedeln interrogé par kath.ch

L’atelier du monastère de Fahr (AG) a lancé un nouveau vêtement liturgique pour laïcs | © Kloster Fahr

«Dans ce cas, le terme ‘étole’ doit être considéré comme une sorte de titre de travail», affirme Urban Federer à propos de la dernière création du monastère de Fahr. «En effet, le terme ‘étole’ signifie généralement un tissu qui ressemble plus à un foulard qu’à un vêtement liturgique. Cependant, le danger de confusion avec l’étole sacerdotale ou diaconale est certainement prise en considération à Fahr. Son atelier de vêtements liturgiques reste ouvert à des discussions futures, à propos d’une appellation plus harmonieuse», rassure l’abbé d’Einsiedeln.

Une recherche qui continue

L’atelier du monastère de Fahr n’est pas le seul à offrir aux laïcs à la tête de célébrations liturgiques des vêtements spécifiques. Le fabricant d’habits liturgiques suisse alémanique Heimgartner, de Wil (SG), propose notamment ce que l’on appelle des «bandeaux décoratifs pour laïcs» (»Dekorstreifen für Laien»). 

Contrairement à «l’étole de Fahr», ces tissus sont toutefois fixés à l’aube avec des boutons-pression, de sorte qu’il peuvent être échangés selon les différents couleurs liturgiques. (cath.ch/kath.ch/ua/dp)

L'atelier du monastère de Fahr (AG) a lancé un nouveau vêtement liturgique pour laïcs | © Kloster Fahr
2 décembre 2019 | 12:07
par Davide Pesenti
étole (1), Fahr (4), Urban Federer (13)
Partagez!