Gabriel Pont, chanoine du Grand Saint-Bernard (1917-2016) (photo DR)
Suisse
Gabriel Pont, chanoine du Grand Saint-Bernard (1917-2016) (photo DR)

Valais: Décès du chanoine Gabriel Pont

17.02.2016 par Maurice Page

Le chanoine et écrivain valaisan Gabriel Pont, figure de la Congrégation du Grand-Saint-Bernard est décédé le 16 février 2016 à l’âge de 98 ans, rapporte le quotidien Le Nouvelliste .

Vicaire puis curé de paroisse, directeur de collège, professeur, aumônier militaire, aumônier des chantiers de haute montagne et de l’hôpital de Martigny, le chanoine était une figure bien connue en Valais et au-delà. L’ecclésiastique a marqué les esprits par son charisme et sa douceur. Homme de plume, il s’est consacré à la poésie, à divers essais philosophiques, historiques et théologiques, à la nouvelle et au théâtre. Il fut également chroniqueur pour la Tribune de Lausanne devenue ensuite Le Matin

Né le 1er mai 1917 à Saint-Luc, Gabriel Pont est entré en 1939 dans la communauté du Grand-Saint-Bernard. Après des études de théologie à Fribourg, il est ordonné prêtre en 1944. Vicaire à Martigny en 1945, il est nommé en 1951 recteur du collège de Champittet, à Pully, près de Lausanne. Il revient en Valais en 1954 comme vicaire à Lens (1954), aumônier des chantiers de haute montagne (1956-1966), curé de Martigny-Bourg dès 1962, puis de Trient (1987-1992). Dès 1989 il est aumônier de la Fondation Rive-Neuve à Villeneuve (VD), ainsi que de l’hôpital de Martigny (1992-2002).

Familier de l’invisible, par sa manière d’être, de parler, d’écrire, de vivre, d’agir il nous invitait au dépassement de l’immédiat pour nous ouvrir à de plus larges horizons de nous-mêmes, des autres, du monde et du plan de Dieu”, écrit la congrégation dans son faire-part de décès. “Poète pour aller au-delà des mots, prophète et provocateur pour aller au-delà du simplisme, il a été le fidèle témoin de la liberté qui vient d’En-Haut. Il a manifesté le regard bienveillant de Dieu en priorité aux personnes dans la détresse ou qui pouvaient se sentir oubliées”.

“Son nom reste attaché à l’église Saint-Michel de Martigny-Bourg. En union avec les architectes, artistes, artisans et la communauté chrétienne, il en a fait un lieu lumineux d’accueil et d’ouverture à la présence de Dieu. Dans le même esprit, il a veillé à la restauration de l’église de Trient et de la chapelle du hameau des Jeurs.”

La messe de sépulture sera célébrée à l’église Saint-Michel de Martigny-Bourg le jeudi 18 février à 10h00 (office des défunts à 09h30)


Encadré

Dans le cadre de l’année de la Vie consacrée, le chanoine Gabriel Pont avait livré pour le site vie consacrée le témoignage suivant.

Venez, vous aussi, à ma Vigne ! Mt 4, 19

Venez vous aussi à ma Vigne. Elle a poussé et elle s’élargit.
Elle pousse jusqu’à porter des fruits.
A chacun de vous je confie ce qui me tient à cœur en cette année de mes 97 ans.
La noblesse de notre personne, c’est sa grandeur d’âme.
Notre foi n’est jamais acquise.
Elle se loge dans le cœur de notre maman. Elle exige tout au long du chemin une attention personnelle afin de vivre sans cesse sous la mouvance de la grâce de l’Esprit saint.
Pendant 97 ans j’ai erré sur les chemins de montagne et les routes de la plaine. -1917 -2014.
J’ai connu des passages à peine tracés sous les mélèzes, près des sapins.
Et je me suis abrité sous un arolle.
En gardant le secret au fond de mon cœur, les mystères de la vie :

«Jésus t’appelle»


Les services diocésains de la jeunesse et de la diaconie occupent le stand Eglise de la Foire du Valais. | © B. Hallet

Valais: l’Eglise fait la foire à Martigny

Anne et Marco Mayoraz, lors du Festival des Familles de 2018, quittent la pastorale de la famille du diocèse de Sion après y avoir œuvré 25 ans. | © B. Hallet

Anne et Marco Mayoraz: 25 ans d'aventure au service des familles

Actualités ›