Vatican

Vatican: des femmes qui «éveillent le cerveau maternel de l’Eglise»

Le numéro de juillet de «Donne Chiesa Mondo», mensuel féminin du quotidien du Vatican  »L’Osservatore Romano», a souhaité mettre en lumière des femmes qui, par leur exemple, «éveillent le cerveau maternel de l’Eglise».

C’est ce qu’explique dans son édito Martha Rodriguez, ancienne responsable de la section femme au Dicastère pour les laïcs, la famille et la vie. Au cœur de situations d’urgence, de l’Argentine jusqu’au Yémen en passant par la Syrie, elles offrent un exemple de cette Eglise-Mère «décentrée» d’elle-même qui a su se détacher de ses propres sécurités. 

«La maternité provoque une explosion neuronale et dote le cerveau de nouvelles capacités», avance cette laïque consacrée, dans l’édito de ce numéro de juillet. Il semble, selon elle, que les femmes soient naturellement préparées à réagir à l’urgence et à protéger la vie, qu’elles soient mère biologiquement ou non.

«De l’être pour soi à l’être pour l’autre»

En accueillant cette maternité, elles passent alors «de l’être pour soi à l’être pour l’autre». Une telle transformation n’arrive pas toujours, prévient-elle, et engage la liberté.

En cette période de pandémie du Covid-19, le mensuel féminin du Vatican tente dans ce numéro de juillet de mettre en lumière des femmes, laïques ou religieuses, qui «éveillent le cerveau maternel de l’Eglise», poursuit-elle.

Au cœur de l’urgence, ces femmes courageuses révèlent le visage d’une Eglise-Mère «décentrée». Elles ont su se montrer créatives et se détacher de leurs propres sécurités pour sortir d’elles-mêmes et donner leur vie pour les autres.

Le courage des religieuses durant la Seconde Guerre mondiale

On découvre ainsi l’histoire de Rebecca Kabugho, activiste congolaise arrêtée à 22 ans en février 2016 pour avoir manifesté en faveur de l’organisation d’élections dans son pays. Figure encore le portrait de Martha Pelloni, religieuse aujourd’hui âgée de 79 ans, qui poursuit son combat pour enrayer la traite humaine en Argentine.

Encouragée par le pape François qu’elle a rencontré alors qu’il était archevêque, celui-ci lui aurait demandé de continuer à «faire du bruit» afin d’éliminer ce fléau.

Ce numéro évoque encore les engagements de femmes dans des pays détruits par les conflits: que ce soit au Yémen, en Syrie ou encore en Irak. Le mensuel féminin du Saint-Siège ne manque pas non plus de rappeler, quelques mois après l’ouverture des archives de Pie XII, le courage de ces nombreuses religieuses qui ont ouvert leurs portes pour sauver des juifs. A Rome, ces familles étaient envoyées dans les couvents pour être y cachées par le futur pape Paul VI, Mgr Giovanni Battista Montini, alors substitut de la Secrétairerie d’Etat, peut-on lire dans «Donne Chiesa Mondo».  (cath.ch/imedia/cg/be)

Le supplément féminin de L’Osservatore Romano Donne Chiesa Mondo | © Vatican Media
1 juillet 2020 | 16:01
par I.MEDIA
Partagez!