Faustin-Archange Touadéra, président de la République de Centrafrique, ici lors de la cérémonie d'investiture à la présidence de la République Centrafricaine, a été reçu par le pape. (Photo: UN Photo/Nektarios Markogiannis)
Vatican
Faustin-Archange Touadéra, président de la République de Centrafrique, ici lors de la cérémonie d'investiture à la présidence de la République Centrafricaine, a été reçu par le pape. (Photo: UN Photo/Nektarios Markogiannis)

Le Vatican salue le “climat constructif“ en Centrafrique

18.04.2016 par I.MEDIA

Deux mois à peine après son élection, le nouveau président de la République centrafricaine, Faustin-Archange Touadéra, a été reçu par le pape François au Vatican, le 18 avril 2016.

Pour son premier déplacement international, Faustin-Archange Touadéra avait ainsi choisi de se rendre au Vatican où il voulait exprimer au pape la gratitude du peuple centrafricain pour sa visite pastorale en novembre 2015. Le président élu en février dernier et investi le 30 mars a passé une quinzaine de minutes en privé avec le pape, en présence d’un interprète. Il a ensuite rencontré le cardinal secrétaire d’Etat Pietro Parolin et Mgr Paul Richard Gallagher, secrétaire pour les relations avec les Etats.

Démocratie et dialogue interreligieux

Les entretiens ont été l’occasion de relever “combien le processus électoral récent et le renouvellement des institutions se déroulent dans un climat constructif auquel contribue le dialogue entre les confessions religieuses“, a indiqué le Bureau de presse du Saint-Siège dans un communiqué. Les parties ont souhaité que s’ouvre une période de paix et de prospérité pour tout le pays, après trois années au cours desquelles les violences entre milices armées ont fait pas moins de 6’000 morts et des centaines de milliers de déplacés.

Alors que la France et les Nations unies ont déployé des milliers d’hommes dans le pays, le communiqué du Saint-Siège a demandé que la communauté internationale continue à soutenir le développement du pays, surtout parce que pèsent encore sur la population les conséquences des conflits de ces dernières années.

En novembre 2015, le pape François avait fait une étape de 24h en République centrafricaine. Dans ce pays en proie à de violents combats entre milices armées, il avait accompli des gestes symboliques en faveur de la paix, comme l’ouverture de la première porte sainte du Jubilé de la miséricorde, la visite d’une mosquée et celle d’un camp de déplacés.

Après sa rencontre avec le pape et les responsables de la Secrétairerie d’Etat, Faustin-Archange Touadéra devait se rendre au siège de la Communauté Sant’Egidio, particulièrement impliquée en Centrafrique, avant de rencontrer le président italien. Le nouveau président de la République centrafricaine pourrait se rendre en France dans la foulée. (cath.ch-apic/imedia/ami/bh)


Actualités ›