Les communautés de l'Eglise orthodoxe du canton de Vaud se sont constituées en association | © ACOV
Suisse
Les communautés de l'Eglise orthodoxe du canton de Vaud se sont constituées en association | © ACOV

Vaud: les paroisses orthodoxes se constituent en association

01.12.2018 par Bernard Hallet

Les communautés (paroisses et monastère) de l’Eglise orthodoxe du canton de Vaud se sont constituées en association le 27 novembre 2018. Condition si ne qua non pour demander par la suite leur reconnaissance d’utilité publique par l’Etat vaudois.

La nouvelle Association des communautés orthodoxes du canton de Vaud (ACOV) rassemble les paroisses et monastère des Eglises orthodoxes russe, roumaine et serbe. “La paroisse orthodoxe grecque a pour l’instant un statut d’observateur“, indique l’archimandrite Martin de l’Eglise orthodoxe russe, vicaire épiscopal du diocèse de Chersonèse, du patriarcat de Moscou en Suisse.

L’association est le fruit de longues discussions qu’ont eues les évêques des différentes Eglises. “Ce qui a pris du temps, certains d’entre eux ne connaissant pas la réalité politique et administrative de la Suisse“. Il a fallu expliquer les tenants et les aboutissants d’une telle démarche. “La constitution d’une association est le préalable au dépôt de la demande de reconnaissance d’utilité publique.

Une première étape

“Cela dit, nous n’y sommes pas encore. L’ACOV est une première étape. Nous déposerons la demande de reconnaissance dans le courant du premier semestre 2019“, détaille l’archimandrite Martin. Il peut s’écouler un délai de cinq ans avant la promulgation de la loi spécifique à la communauté votée par le Grand Conseil. Ce dernier aurait la possibilité de lancer un référendum facultatif. C’est le peuple qui trancherait en dernier recours sur la demande de l’Eglise. “Ce qui nous laissera le temps de nous mettre en conformité au niveau administratif et de préciser avec l’Etat le contour de nos missions“.

Avec cette reconnaissance, l’Eglise orthodoxe dans le canton de Vaud deviendra un interlocuteur officiel de l’Etat en ce qui concerne, entre autres, le domaine des aumôneries dans les hôpitaux, les prisons ou encore la gestion de problèmes tels que l’immigration. “Nous n’avions jusqu’ici pas notre mot à dire. Cela va changer“.

Le statut sera le même que celui de la communauté israélite. L’Eglise orthodoxe ne percevra pas d’argent de l’Etat comme c’est le cas pour les catholiques et les réformés qui reçoivent l’argent issu de l’impôt ecclésiastique collecté par le canton. “C’est une occasion magnifique pour les communautés orthodoxes de collaborer et de travailler ensemble pour le bien commun et la présence orthodoxe au cœur de la société“, se réjouit l’archimandrite Martin. (cath.ch/bh)


Le pape François et le patriarche Bartholomée Ier, devant l'église du Saint-Sépulcre à Jérusalem, 25 mai 2014 (Photo: Wikimedia Commons)

Le pape François plaide pour l'unité dans la diversité

Le professeur Andrej V. Danilov, de l'Institut de Théologie orthodoxe de l'Université d’Etat du Bélarus | © Jacques Berset

En Biélorussie, les valeurs chrétiennes sont vécues sans intégration ecclésiale

Actualités ›