Vatican

Visite historique de l'imam d’Al-Azhar au Vatican 

Ce 23 mai 2016, l’imam de l’Université Al-Azhar, la plus haute autorité de l’islam sunnite, est reçu pour la première fois au Vatican. Le cheikh Ahmed Mohamed el-Tayeb va s’entretenir avec le pape François et mettre fin à 16 ans de relations en dents de scie.

Si le dialogue avec l’Université Al-Azhar a commencé en 1998, c’est deux ans plus tard, dans la soirée du 24 février 2000, que Jean Paul II avait rendu visite au cheikh Mohammed Sayed Tantawi. «L’avenir dépendra du dialogue et des relations entre les différentes cultures religieuses», avait alors déclaré l’imam Tantawi après un entretien privé d’une quinzaine de minutes avec le pape polonais. «L’islam est porteur d’une grande culture», avait assuré pour sa part Jean Paul II. «C’est seulement en reconnaissant cela que l’on pourra construire l’avenir de l’humanité et de l’histoire», avait-il poursuivi.

Des relations en dents de scie

Pour marquer cette rencontre historique, le comité de liaison islamo-catholique – né en mai 1998 – décide alors de se réunir chaque année autour du 24 février. Il condamne rapidement les attentats du 11 septembre 2001, jugeant que «de tels actes de violence ne sont pas une voie pour apporter la paix au monde». En février 2002, il se réunit autour du thème: «L’extrémisme religieux et ses effets sur l’humanité».

En mars 2007, une visite historique au Vatican du cheikh de la grande mosquée d’Al-Azhar est annoncée. Mais, dans le contexte des tensions islamo-chrétiennes issues du discours de Benoît XVI à Ratisbonne (septembre 2006), cette rencontre est reportée sine die. Les rapports entre Al-Azhar et le Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux sont alors en dents de scie. Ils se cristallisent début 2011 alors que Benoît XVI vient d’appeler à protéger les minorités chrétiennes après un attentat à la bombe contre une église, à Alexandrie, au nord de l’Egypte. Une demande perçue dans le pays comme une ingérence.

Dégel avec le pape François

Depuis le début de son pontificat, le pape François a tout mis en œuvre pour le dégel des relations avec Al-Azhar et le monde musulman dans son ensemble. En août 2013, il a commencé par donner une tournure très personnelle au traditionnel message envoyé au monde musulman après le mois du jeûne du Ramadan. Puis il a envoyé des émissaires au Caire, avant de recevoir au Vatican, fin 2014, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi. L’homme fort égyptien lutte avec détermination contre les Frères musulmans.

La visite au Vatican du cheikh Ahmed Mohamed el-Tayeb doit marquer définitivement le dégel des relations entre Rome et la plus haute instance de l’islam sunnite. Le pape François, s’appuyant sur sa grande popularité, promeut une «culture de la rencontre», au-delà des tensions qui peuvent exister, comme il l’a récemment montré en rencontrant le patriarche orthodoxe de Moscou. (cath.ch-apic/imedia/ami/rz)

Le cheikh Ahmed el-Tayeb, grand imam de l'Université Al-Azhar
23 mai 2016 | 11:41
par Raphaël Zbinden
Partagez!