Les soins palliatifs visent à soulager les souffrances des personnes en fin de vie (Photo: Mercurywoodrose/Wikimedia Commons/CC BY-SA 4.0)
Suisse
Les soins palliatifs visent à soulager les souffrances des personnes en fin de vie (Photo: Mercurywoodrose/Wikimedia Commons/CC BY-SA 4.0)

Vote sur le suicide assisté en Valais: la Commission de bioéthique de la CES encourage les soins palliatifs

13.05.2019 par Jacques Berset, cath.ch

La Commission de bioéthique de la Conférence des évêques suisses (CES) “prend acte” de la décision du Grand Conseil valaisan d’introduire, à une courte majorité, le suicide dans la loi sur la santé, dans l’optique de le limiter. Elle encourage explicitement les soins palliatifs.

Le suicide assisté a en effet franchi une première étape législative en Valais le 9 mai 2019, les députés valaisans ayant accepté à une faible majorité au Parlement (69 voix contre 56 et 4 abstentions) l’article 18a du projet de loi sur la santé. Il stipule que “l’assistance au suicide représente une liberté individuelle et que toute personne capable de discernement peut faire valoir cette liberté”.

Fort risque incitatif

Le rôle de la Commission de bioéthique de la CES est de souligner et d’expliciter les problématiques liées à des questions éthiques complexes. En l’occurrence, elle a rendu attentifs les députés au fort risque incitatif de l’introduction du suicide assisté dans une loi, comme le rappellent le Conseil fédéral et les Chambres fédérales.

“La volonté de limiter les suicides assistés risque ainsi d’être contre-productive”, estime la  Commission de la CES. Elle souligne que le suicide, comme la santé en général, n’est pas qu’une affaire individuelle. Elle touche la famille, les proches, le personnel soignant et les autres résidents, lesquels peuvent subir un profond stress post-traumatique à la suite d’un suicide et tenter d’y recourir également.

Opposition des professionnels de la santé

Aussi, la Commission se tourne vers les professionnels de la santé, notamment des soins palliatifs, qui avaient explicitement refusé cette introduction. Elle les encourage dans leur travail de soutien et d’accompagnement au quotidien.

La Commission pense également aux personnes âgées, aux résidents des EMS, aux malades, aux personnes en souffrance, physique ou morale, et à leurs proches, pour les encourager à chercher la force et la joie de vivre, malgré les difficultés qu’elles affrontent. Enfin, la Commission rappelle que tout être humain possède une dignité intrinsèque, du fait qu’il est unique, infiniment aimé du Dieu vivant, et que cette dignité ne dépend pas de la façon de mourir, mais qu’elle se manifeste dans la manière de vivre, de penser et d’agir. (cath.ch/com/ces/be)


49 demandes d'indemnisation ont été déposées en 2018 | © Pixabay

En 2018, l'Eglise suisse a versé près de 700'000 francs aux victimes d'abus sexuels

Les évêques suisses ont demandé pardon pour les abus sexuels le 5 décembre 2016 la basilique de Notre-Dame de Valère | © Maurice Page

Crise dans l'Eglise: les évêques suisses veulent écouter les fidèles

Actualités ›