Guy Musy

Amazonie

Que va-t-il sortir du prochain synode romain sur l’Amazonie? Les Mexicains parlant de leur pays ont coutume de se lamenter: «Pauvre Mexique! Si loin de Dieu et si proche des Etats-Unis». Je traduis: «Pauvre Amazonie! Si loin de Rome et si proche de Bolsonaro!»

Sans doute, le Synode va-t-il pérorer sur les dérèglements climatiques causés par l’exploitation éhontée de la forêt amazonienne, sur l’expulsion des peuples autochtones, menacés de disparition. Mais ce discours suffira-t-il à émouvoir les seigneurs de la guerre et du dollar au pouvoir à Brasilia, ainsi que leurs émules qui font la loi dans les grandes capitales de la planète? A coup sûr, ces responsables politiques et financiers se moqueront des doléances ou des exhortations formulées par un parterre d’évêques réunis à Rome, si loin des brûlis d’Amazonie.

C’est pourquoi, je suppose que les évêques préféreront donner attention à une question interne à leur Eglise. Elle concerne précisément l’activité pastorale auprès des catholiques disséminés dans ce sous-continent. Un missionnaire français, le Père François Glory , rentré dans son pays après trente ans de présence en Amazonie, constate que dans le seul Brésil 70’000 communautés catholiques vivent sans eucharistie, donc sans présence sacerdotale régulière. Et il ajoute avec amertume que celles qui ne peuvent résister à cet isolement ou à cet abandon se font «avaler» par les groupes évangéliques ou pentecôtistes qui tendent à devenir majoritaires au Brésil. Il se pourrait donc que, pour pallier ce manque de prêtres, le Synode ouvre la voie à l’ordination d’hommes mariés.

«Ce n’est pas de prêtres que le Brésil a d’abord besoin»

On imagine déjà, je n’ose dire l’empoignade, mais la vigueur des débats synodaux et le tollé des intégristes qui s’affichent en ennemis du pape François. Débat d’autant plus vif que cette dérogation locale à une loi canonique universelle, si elle était envisagée, déborderait inévitablement l’espace amazonien pour inonder d’autres régions – la nôtre? – qui souffrent de la même pénurie.

Curieusement, notre missionnaire émérite n’est pas favorable à cette mesure. Ce n’est pas de prêtres que le Brésil a d’abord besoin, convient-il, mais de communautés vivantes que la Parole rassemble et dynamise. Ne commençons donc pas à construire la maison par la cheminée. Construisons d’abord des communautés qui au moment opportun présenteront à leur évêque un homme ou une femme issu de leur milieu, pour qu’il ou elle puisse présider l’eucharistie.

On imagine assez bien que cette feuille de route serait aussi valable pour nos régions. Les prêtres n’auraient plus à voltiger de clocher en clocher, parachutés dans une église où les attend, non pas une communauté, mais une poignée de «fidèles» éparpillés dans un espace démesuré. Il est permis de rêver!

Guy Musy

9 octobre 2019

Quelles solutions pour l'Eglise en Amazonie? | © michael_swan/Flickr/CC BY-ND 2.0
9 octobre 2019 | 07:25
par Guy Musy
Partagez!