Guy Luisier

Congo: mains tendues

C’est dimanche d’élections en RDC. Pour l’Eglise catholique c’est la fête de la Sainte Famille. Ma communauté m’a confié la présidence et la prédication de la messe, parce que mes confrères électeurs seront préoccupés par leurs votes.

Parce qu’il y aura peu de monde, les centres électoraux ayant un plus grand pouvoir d’attraction… et parce qu’il sera préférable que la messe soit courte, les prêtres européens se contentant facilement d’un quart d’heure de prédication quand les africains passent allégrement la demi-heure!

Effectivement, la messe fut peu fréquentée et le sermon bref en quatre parties sur la sainteté des quatre familles de Jésus, sa famille restreinte (en langue locale: la «famille du soir», c’est-à-dire celle qui est réunie pour le repas du soir avant la nuit), la famille élargie (celle de Jésus est aussi très présente dans les évangiles), la famille humaine et la famille divine qui n’a pas que trois personnes puisque nous y sommes tous conviés…

En fait, les fidèles étaient surtout ceux qui avaient voté avant la messe et c’est à la communion que je m’en suis aperçu. S’approchant du Pain de vie, ils tendaient les mains avec une marque noire. Le passage aux urnes s’était accompagné d’un petit plongeon du pouce dans de l’encre noire. «A voté!»

Puis ces mains, tellement chargées d’espoirs de toutes sortes, venaient chercher à l’église, à 200 m des bureaux de vote, un peu de nourriture pour la route, car il sera long le chemin de la vraie justice.

Guy Luisier

4 janvier 2019

Les Congolais ayant voté reçoivent une marque d'encre noire sur un pouce | © Guy Luisier
4 janvier 2019 | 10:10
par Guy Luisier
Partagez!