Bernard Litzler

De cardinal à Mister

Il fallait le faire! Et il l’a fait! Le 15 février, le pape François a notifié au cardinal Théodore McCarrick sa réduction à l’état laïc. Le prélat américain s’était rendu coupable d’abus de pouvoir et d’abus sexuels sur de jeunes gens. Le scandale, énorme, concernait une personne qui avait gravi les échelons de l’Eglise catholique jusqu’au cardinalat. Fidèle à la ”tolleranza zero’’, le pape a reconnu le caractère définitif de sa décision, non susceptible de recours.

Oui, il fallait le faire! Faire passer un prélat de haut rang, un «prince de l’Eglise», de cardinal à Mister… C’est un éclair dans le ciel très chargé de nuages de l’Eglise catholique. A quelques jours d’un sommet sur la protection des mineurs dans l’Eglise, un cardinal est mis dehors. A un âge avancé, où le rouge du cardinalat vient souvent couronner une carrière ecclésiastique, il est retiré à l’ex-évêque, «réduit à l’état laïc». Retour à la case départ, donc pour celui dont les agissements ont discrédité sa fonction et l’Eglise tout entière.

La tolérance zéro est en marche et elle ne s’arrêtera pas.

Certes, il n’est pas le seul, sur le continent nord-américain, à avoir abusé de son pouvoir. Mais le signal lancé par Rome sonne comme un avertissement universel à l’adresse des auteurs d’actes pédophiles. La tolérance zéro est en marche et elle ne s’arrêtera pas…

Me revient en mémoire la phrase du pape dans l’avion de retour du Panama, en janvier. Questionné sur l’éventuel mariage des prêtres dans l’Eglise catholique, il avait déclaré: «Je ne le ferai pas… Je ne me sens pas de me présenter devant Dieu avec cette décision.» Le contexte de l’affaire McCarrick est différent, mais sans doute que François pourra se présenter devant Dieu en ayant mis un frein au scandale des abus sexuels. L’Eglise peut lui en être reconnaissante.

Theodore McCarrick a été à la tête de l'archidiocèse de Washington de 2000 à 2006 | © AP Patrick Semansky/Keystone
18 février 2019 | 15:20
par Bernard Litzler
Partagez!