Guy Luisier

Trop de Macbeth aujourd’hui

Dans l’avion qui me ramène au Congo pour un vol de huit heures, j’ai la possibilité de visionner quelques films. Je choisis « Macbeth » une adaptation de 2015 de la célèbre pièce de Shakespaere. Une tragédie terrible sur les effets destructeurs du mal et de la culpabilité. Le noble écossais Macbeth et son épouse tuent par ambition leur roi pour régner à sa place. Mais dès ce meurtre l’engrenage du mal est lancé, la folie s’épanouit jusqu’à l’absurde et jusqu’à la mort des deux protagonistes… La tragédie de Shakespeare est un chef-d’œuvre incontesté. On s’accorde à définir un chef d’œuvre comme une œuvre à portée universelle, qui « parle » quelles que soient la géographie et l’époque. Macbeth parle donc de la situation au Congo, où j’atterris après le film !

Les engrenages terribles de l’ambition, du pouvoir, de la corruption, des violences mortifères sont omniprésents ici à tous les niveaux. Il y a des Macbeth et des Lady Macbeth au sommet de l’Etat comme derrière les cases des hameaux de brousse. Mais alors… comment préserver sa propre part d’innocence lorsque tout est faussé et tellement embué de mal et de désespoir ?

Peut-être en étant lucide sur soi-même. Parce que Macbeth est aussi en moi, je le dorlotte facilement au milieu de mes pensées cancérigènes, au cœur de mes idées délétères. Si je sais débusquer les meurtriers qui sont en moi, je préserve mieux mes parts d’innocence, et aussi celles de tous les autres.

Ecoliers au Congo (photo Guy Luisier)
27 février 2017 | 09:40
par Guy Luisier
Partagez!