Prière. (Photo: Flickr/kermitfrosch/<a href="https://creativecommons.org/licenses/by/2.0/legalcode" target="_blank">CC BY 2.0</a>)
Blog
Prière. (Photo: Flickr/kermitfrosch/CC BY 2.0)

Evangile de dimanche: Apprends-nous à prier


Luc 11, 1-13

Puis-je vous faire un aveu? J’ai cessé de prier pour obtenir ceci ou cela. Non pas pour avoir été déçu de ne pas avoir reçu ce que je demandais. Mais simplement par honnêteté pour Dieu, censé donner ce dont on le prie, et pour moi aussi qui n’avais pas honte de le lui demander.

Oui, je ne prie plus pour qu’il pleuve ou fasse beau, comme si Dieu était un météorologue suprême, attentif à tous nos besoins climatiques, contradictoires évidemment. Je ne prie même plus pour guérir et encore moins pour que le Ciel nous donne la paix pour nous épargner la peine d’en être les artisans. Je me méfie de toute prière robotisée et mécanique, comme s’il suffisait de connaître et d’utiliser la bonne formule pour que Dieu satisfasse nos moindres envies.

Mais je prie pour que Dieu soit au mi-temps de ma vie, mon compagnon de route quand l’itinéraire devient difficile, celui qui me relève quand je tombe au bord, ou carrément au milieu du chemin.  Un Dieu qui me porte et me supporte comme un vrai père et non pas un papa-gâteau que l’on méprise sitôt après avoir été comblé de ses gâteries.

En écrivant ces lignes, je n’ai pas l’impression de me situer en porte-à-faux  de l’évangile que l’on nous fait lire aujourd’hui. Avec des images saisissantes, Jésus insiste sur la persévérance qu’il faut mettre en œuvre dans la prière. Mais une prière bien particulière : celle qui consiste à demander au Père “l’Esprit-Saint”. A ce mot, beaucoup de priants laissent tomber les bras et disent en maugréant: “Ce n’est que ça!”. On attendait la santé, les honneurs, l’argent, le travail, la réussite et on nous offre l’Esprit-Saint! Autant dire, rien ! Mieux vaut changer de religion ou, du moins, d’Eglise.

Et si l’Esprit-Saint était l’unique objectif visé par nos prières? C’est lui qui réchauffe, adoucit, anime, apaise et habite nos cœurs. C’est lui l’avocat qui se tient à la barre, à nos côtés. Il est aussi la mémoire vivante de Jésus ressuscité et la porte d’accès qui conduit à la vérité toute entière.

De grâce, lisons donc ce texte jusqu’à sa dernière ligne. C’est l’Esprit qui nous aide à trouver et partager le pain d’aujourd’hui et celui de demain; c’est encore lui qui nous donne le goût du pardon, nous encourage à résister au mal et à rebrousser chemin quand la tentation nous séduit.

Nous ne savions même pas qu’il y avait un Saint-Esprit” se plaignaient un jour auprès des Apôtres un groupe de mini croyants. Comment auraient-ils pu prier le Père de le leur donner si personne ne leur en avait parlé? Notre prière fondamentale ne serait-elle pas celle des disciples qui un jour demandèrent à Jésus: “Seigneur, apprends-nous à prier!”

Guy Musy | 22.07.2016


Luc 11, 1-13

01 Il arriva que Jésus, en un certain lieu, était en prière. Quand il eut terminé, un de ses disciples lui demanda : « Seigneur, apprends-nous à prier, comme Jean le Baptiste, lui aussi, l’a appris à ses disciples. »

02 Il leur répondit : « Quand vous priez, dites : Père, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne.

03 Donne-nous le pain dont nous avons besoin pour chaque jour.

04 Pardonne-nous nos péchés, car nous-mêmes, nous pardonnons aussi à tous ceux qui nous ont des torts envers nous. Et ne nous laisse pas entrer en tentation. »

05 Jésus leur dit encore : « Imaginez que l’un de vous ait un ami et aille le trouver au milieu de la nuit pour lui demander : “Mon ami, prête-moi trois pains,

06 car un de mes amis est arrivé de voyage chez moi, et je n’ai rien à lui offrir.”

07 Et si, de l’intérieur, l’autre lui répond : “Ne viens pas m’importuner ! La porte est déjà fermée ; mes enfants et moi, nous sommes couchés. Je ne puis pas me lever pour te donner quelque chose.”

08 Eh bien ! je vous le dis : même s’il ne se lève pas pour donner par amitié, il se lèvera à cause du sans-gêne de cet ami, et il lui donnera tout ce qu’il lui faut.

09 Moi, je vous dis : Demandez, on vous donnera ; cherchez, vous trouverez ; frappez, on vous ouvrira.

10 En effet, quiconque demande reçoit ; qui cherche trouve ; à qui frappe, on ouvrira.

11 Quel père parmi vous, quand son fils lui demande un poisson, lui donnera un serpent au lieu du poisson ?

12 ou lui donnera un scorpion quand il demande un œuf ?

13 Si donc vous, qui êtes mauvais, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus le Père du ciel donnera-t-il l’Esprit Saint à ceux qui le lui demandent ! »

Guy Musy

Le Frère Guy Musy est né en 1936 à dans le canton de Fribourg. Entré dans l'ordre des Frères Prêcheurs en 1956, il accomplit ses études de théologie en Belgique puis en Suisse. Ordonné prêtre en 1962, il poursuit ses études à la Faculté évangélique de l’Université d’Heidelberg, avant d’être rappelé en Suisse pour prendre en charge l’aumônerie catholique de l’Université de Lausanne.

En 1970, il répond à un appel de ses supérieurs qui l’envoient au Rwanda. Il y demeurera quelques vingt ans durant lesquels ils assumera différents ministères: aumônier à l'Université nationale de Butare, puis en milieu populaire à Kigali, mais aussi responsable de la Caritas de la capitale du Rwanda.

De retour à Genève en 1989, entre autres activités, il enseigne à l’Atelier Œcuménique de Théologie et à l’Ecole de la Foi de Fribourg. Passionné d’écriture – il a déjà publié quatre volumes de ses «mémoires» – il collabore notamment, depuis plus de vingt ans, au périodique romand «L’Echo-Magazine». Enfin, il continue d’assumer depuis plusieurs années la charge de rédacteur responsable de la revue dominicaine «Sources».

Auteur
Dernières publications
"L’internaute, fan du zapping, ne ferait que parcourir d’un œil rapide le texte affiché sur son écran" (Photo: Pixabay)
"Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée. mt 5, 14. (Photo: Flickr/Lawrence OP/CC BY-NC-ND 2.0)