Saint Thomas touchant le côté de Jésus. Détail de l'autel de la chapelle du Sacré-Coeur de l'église jésuite de Londres. (Photo: Flickr/Lawrence OP/<a href="https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/legalcode" target="_blank">CC BY-NC-ND 2.0</a>)
Blog
Saint Thomas touchant le côté de Jésus. Détail de l'autel de la chapelle du Sacré-Coeur de l'église jésuite de Londres. (Photo: Flickr/Lawrence OP/CC BY-NC-ND 2.0)

Evangile de dimanche: une brassée de cadeaux


-Vous dites que Jésus est ressuscité. Tant mieux pour lui. Mais qu’est-ce que ça change pour nous?

-Venez avec moi ! Il vient d’entrer, malgré les portes closes. Ecoutez et voyez. Il a le cœur et les bras pleins de cadeaux.

Pour vous aussi.Le premier cadeau, pour ses disciples ébahis comme pour nous aujourd’hui, c’est évidemment sa présence en personne, si sobrement signalée: “Jésus vint et il se tenait là au milieu d’eux “.

Et maintenant, c’est la collection de l’amour pascal.

D’abord la paix, que Jésus exprime à trois reprises. La paix, ce don typique d’un Dieu qui nous fait du bien parce qu’il nous aime.

Puis la joie, celle qui jaillit lorsque les témoins de la crucifixion constatent que le mort est désormais vivant. Et c’est bien lui puisqu’il leur montre les stigmates de ses mains blessées et de son côté transpercé.

Ensuite, voici le Souffle, celui de Dieu, l’Esprit Saint qui est Seigneur et qui donne la vie. Une première Pentecôte.

Avec tous ses effets, à commencer par le pardon des péchés. Car pour laisser la résurrection rayonner de tous ses feux, notre coeur doit être libéré des vieilleries et des obscurités qui l’encombrent. C’est fait.

-Je veux bien. Mais ça ne fait pas encore un croyant.

-Patience. Même parmi les apôtres, il y eut des résistants. Vous êtes simplement comme Thomas. Ce n’est pas une mauvaise compagnie.

Jésus est très patient. Il revient à la charge, aussi souvent qu’il le faut, de toute sa présence, de toute sa parole, de tout son corps et son sang. Comme à l’eucharistie en somme.

Enfin voici le cadeau de la foi, celle qui s’exprime à retardement, mais qui est encore plus profonde que celle des autres : “Mon Seigneur et mon Dieu”. Avec une béatitude en prime: “Heureux ceux qui croient sans avoir vu.” Que du bonheur!

Finalement, qu’est-ce que ça change? Il y a une ultime surprise, c’est la vie éternelle, exprimée ainsi: “…pour qu’en croyant, vous ayez la vie en son nom.”

Voilà la brassée des cadeaux du Ressuscité, le multipack de Pâques.

De quoi en vivre très longtemps, non sans donner peut-être à d’autres l’envie de partager un si riche menu. Car les cadeaux de Jésus ne sont pas réservés à une pieuse élite d’enfants gâtés, mais ils sont destinés à tous. A vous aussi.

Dans la liberté et la joie.

Claude Ducarroz | 21 avril 2017


Jn 20,19-31

19 Le soir venu, en ce premier jour de la semaine, alors que les portes du lieu où se trouvaient les disciples étaient verrouillées par crainte des Juifs, Jésus vint, et il était là au milieu d’eux. Il leur dit : « La paix soit avec vous ! »

20 Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur.

21 Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. »

22 Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint.

23 À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis ; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus. »

24 Or, l’un des Douze, Thomas, appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau), n’était pas avec eux quand Jésus était venu.

25 Les autres disciples lui disaient : « Nous avons vu le Seigneur ! » Mais il leur déclara : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt dans la marque des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas ! »

26 Huit jours plus tard, les disciples se trouvaient de nouveau dans la maison, et Thomas était avec eux. Jésus vient, alors que les portes étaient verrouillées, et il était là au milieu d’eux. Il dit : « La paix soit avec vous ! »

27 Puis il dit à Thomas : « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d’être incrédule, sois croyant. »

28 Alors Thomas lui dit : « Mon Seigneur et mon Dieu ! »

29 Jésus lui dit : « Parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu. »

30 Il y a encore beaucoup d’autres signes que Jésus a faits en présence des disciples et qui ne sont pas écrits dans ce livre.

31 Mais ceux-là ont été écrits pour que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et pour qu’en croyant, vous ayez la vie en son nom.

Claude Ducarroz

Claude Ducarroz est né en 1939 dans une famille de paysans fribourgeois. Ordonné prêtre en 1965, il a accompli ses études théologiques à Fribourg, Rome, Munich et Paris. Son parcours de ministère l'a conduit dans plusieurs paroisses, mais aussi dans la formation des séminaristes, dans l'aumônerie de la jeunesse et à la direction de l'Ecole de la foi. Il est connu pour ses engagements œcuméniques (Groupe des Dombes), sa sensibilité aux problèmes de société et ses interventions dans les médias. Il a publié plusieurs livres mêlant la spiritualité à la pastorale, dont Pour que plus rien ne nous sépareEn toute sincérité, Ces espérances qui me font vivre, Fleurs de vie ainsi que des entretiens avec Jean-Marc Richard, Rencontres au cœur de l’humain (Editions de la Sarine). Retrouvez ses homélies, articles et livres sur sa page internet.

Auteur
Dernières publications
La grève pour le climat a rassemblé des milliers de jeunes en formation dans toute la Suisse le 18 janvier 2019 | © Manifestation pour le climat - Lausanne
Quel élan aujourd'hui pour l'oecuménisme? | © Finizio/Flickr/CC BY-ND 2.0