Jean-Michel Poffet

Evangile de dimanche: De la sérénité au milieu des catastrophes…

Le terme de l’année liturgique approche et nous vaut cette page impressionnante sur la destruction de Jérusalem, assortie de toutes sortes de catastrophes. On dirait un poème de Prévert: se succèdent destructions, charlatans, guerres, divisions, tremblements de terre, famines, épidémies, et encore procès, dénonciations, exécutions, détestations. Rien que ça!

Précisons que ce langage relève en partie du style apocalyptique qui cherche à exprimer par des images fortes les conséquences du péché de l’homme et du jugement de Dieu. Le monde en est ébranlé. Aujourd’hui nous parlons de crise écologique (pour peu qu’on n’ait pas l’intelligence obscurcie par le profit et le business). Assistant à tout cela, nous pourrions être tentés d’y voir la fin du monde. Jésus invite plutôt à y voir des signes qu’il faut interpréter.

«Ce ne sont pas «les belles pierres» qui nous sauveront.»

Le croyant est invité à chercher un peu de stabilité au milieu de ces bouleversements. Attention: il s’agit de ne pas se tromper d’appui. Ce ne sont pas «les belles pierres» qui nous sauveront (une cathédrale peut brûler…), ni les charlatans profitant de la confusion générale pour se tailler une clientèle. Alors d’où nous viendra un peu de sérénité? De Jésus lui-même. Il promet d’accompagner son Église quand elle devra affronter des dangers extérieurs (un environnement bouleversé) mais aussi intérieurs. Et Jésus d’évoquer des familles divisées parce que les uns seront devenus chrétiens, et d’autres non. Un chrétien pourra apparaître comme un dissident non seulement religieux mais politique: d’où des dénonciations venant parfois de proches. Tout cela s’est réalisé au cours de l’histoire.

Dans ce chaos, les précisions de Jésus sont capitales:
Tout d’abord, ces bouleversements cosmiques, politiques et économiques ne doivent pas pousser les chrétiens à se replier sur l’intime et à se retirer d’une société qu’ils ont mission d’orienter. Ce n’est pas le moment de déserter mais de témoigner. En ne s’étonnant pas trop de la difficulté de la tâche: Jésus nous aura avertis, le disciple n’est pas au-dessus du maître, et par conséquent, «vous serez détestés de tous!» Pour Jésus, un chrétien en plein monde n’est pas un gentil dans la république des Bisounours.

«Ce n’est pas le moment de déserter mais de témoigner.»

Ensuite, gardons confiance. Le témoignage à porter viendra de Jésus lui-même. Ce sera en nous le rôle de l’Esprit Saint, témoin intérieur habilitant le croyant à parler sans crainte, avec une sagesse que certains du moins pourront reconnaître comme venant de plus loin que les hommes.

Enfin, puisque certains vont y laisser leur peau, Jésus précise que même là, «pas un cheveu de votre tête ne sera perdu»… Notre destinée ne s’arrête pas à cette vie terrestre. Jésus voit plus loin et nous invite à un regard d’anticipation confiante: en langage chrétien cela s’appelle la persévérance dans la foi et l’espérance, les yeux fixés sur le Sauveur, premier martyr et premier témoin couronné par le Père.   

Jean-Michel Poffet | Vendredi 15 novembre 2019


Lc 21, 5-19

En ce temps-là,
    comme certains disciples de Jésus parlaient du Temple,
des belles pierres et des ex-voto qui le décoraient,
Jésus leur déclara :
    » Ce que vous contemplez,
des jours viendront
où il n’en restera pas pierre sur pierre :
tout sera détruit. »
    Ils lui demandèrent :
« Maître, quand cela arrivera-t-il ?
Et quel sera le signe que cela est sur le point d’arriver ? »
    Jésus répondit :
« Prenez garde de ne pas vous laisser égarer,
car beaucoup viendront sous mon nom,
et diront : ›C’est moi’,
ou encore : ›Le moment est tout proche.’
Ne marchez pas derrière eux !
    Quand vous entendrez parler de guerres et de désordres,
ne soyez pas terrifiés :
il faut que cela arrive d’abord,
mais ce ne sera pas aussitôt la fin. »
    Alors Jésus ajouta :
« On se dressera nation contre nation,
royaume contre royaume.
    Il y aura de grands tremblements de terre
et, en divers lieux, des famines et des épidémies ;
des phénomènes effrayants surviendront,
et de grands signes venus du ciel.

    Mais avant tout cela,
on portera la main sur vous et l’on vous persécutera ;
on vous livrera aux synagogues et aux prisons,
on vous fera comparaître devant des rois et des gouverneurs,
à cause de mon nom.
    Cela vous amènera à rendre témoignage.
    Mettez-vous donc dans l’esprit
que vous n’avez pas à vous préoccuper de votre défense.
    C’est moi qui vous donnerai un langage et une sagesse
à laquelle tous vos adversaires ne pourront
ni résister ni s’opposer.
    Vous serez livrés même par vos parents,
vos frères, votre famille et vos amis,
et ils feront mettre à mort certains d’entre vous.
    Vous serez détestés de tous, à cause de mon nom.
    Mais pas un cheveu de votre tête ne sera perdu.
    C’est par votre persévérance que vous garderez votre vie. »

" Ce que vous contemplez, des jours viendront où il n’en restera pas pierre sur pierre: tout sera détruit. " | © Flickr/Lawrence OP/CC BY-NC-ND 2.0
15 novembre 2019 | 16:00
par Jean-Michel Poffet
Partagez!