Sœur Marie-Paule

Evangile de dimanche: Douce nuit... vraiment?

Dès le lendemain de Noël, l’Eglise dépose ses beaux habits blancs de lumière et se revêt de la couleur du sang. Qu’est-ce que cela signifie? Où est passée la troupe céleste qui chantait à tue-tête la paix sur la terre?

Nous voyons bien que le combat contre la lumière commence tout de suite, sans attendre la prédication de l’homme, sans attendre ses signes éclatants, sans attendre que la Révélation n’atteigne quiconque. C’est bien que l’Ennemi a saisi le danger avec la venue de cet enfant. C’est pourquoi le mystère de Noël et le mystère de Pâques sont intimement liés: il n’y a pas de compromission possible entre les ténèbres et la lumière.

Un homme va être l’instrument de Dieu, pour permettre à l’enfant de grandir en sécurité: Joseph. Et pourtant, par quels tracas ne va-t-il pas passer? Lui qui imaginait renier sa femme en secret, par amour pour elle va être rattrapé par le Seigneur qui le rassure et… il assure! Répondant au songe en prenant Marie chez lui.

«Le mystère de Noël et le mystère de Pâques sont intimement liés: il n’y a pas de compromission possible entre les ténèbres et la lumière.»

Mais là, ce n’est pas de réputation qu’il s’agit, c’est carrément de vie et de mort. Déjà. Dans une société patriarcale, où l’homme est le chef de famille incontesté et incontestable, Joseph se voit enjoint à quitter le pays pour l’Egypte honnie. C’est dire si l’heure est grave, mais c’est aussi mettre ses pas dans ceux d’un autre Joseph, homme travaillé par les songes également.

Ainsi le Christ, suit le même itinéraire que le peuple d’Israël autrefois. Il fuit la mort qui l’attend en Israël pour trouver refuge momentanément en Egypte, et pour revenir accomplir sa tâche de Sauveur une fois le danger écarté.

Mais pour l’heure quel dépouillement pour Joseph et quelle docilité à la volonté de Dieu. Il assume aux yeux des hommes le rôle du père, sans l’être. Il assume le rôle de protecteur alors qu’il obéit à la Parole. En cela il est grand, en cela il est un modèle d’humilité et d’obéissance, parce que finalement, lui aussi a vu des merveilles!

Sœur Marie-Paule | Vendredi 27 décembre 2019


Mt 2, 13-15.19-23

Après le départ des mages,
voici que l’ange du Seigneur apparaît en songe à Joseph
et lui dit :
« Lève-toi ; prends l’enfant et sa mère,
et fuis en Égypte.
Reste là-bas jusqu’à ce que je t’avertisse,
car Hérode va rechercher l’enfant
pour le faire périr. »
    Joseph se leva ;
dans la nuit, il prit l’enfant et sa mère,
et se retira en Égypte,
    où il resta jusqu’à la mort d’Hérode,
pour que soit accomplie la parole du Seigneur prononcée par le prophète :
D’Égypte, j’ai appelé mon fils.

    Après la mort d’Hérode,
voici que l’ange du Seigneur apparaît en songe à Joseph en Égypte
    et lui dit :
« Lève-toi ; prends l’enfant et sa mère,
et pars pour le pays d’Israël,
car ils sont morts,
ceux qui en voulaient à la vie de l’enfant. »
    Joseph se leva,
prit l’enfant et sa mère,
et il entra dans le pays d’Israël.
    Mais, apprenant qu’Arkélaüs régnait sur la Judée
à la place de son père Hérode,
il eut peur de s’y rendre.
Averti en songe,
il se retira dans la région de Galilée
    et vint habiter dans une ville appelée Nazareth,
pour que soit accomplie la parole dite par les prophètes :
Il sera appelé Nazaréen.

La fuite en Egypte. Par Vittore Carpaccio. Huile sur bois. Vers 1515 | Domaine public
27 décembre 2019 | 20:04
par Sœur Marie-Paule
Partagez!