Jean-Michel Poffet

Evangile de dimanche: le doute au cœur de la foi…

Jean-Baptiste: il ne s’en est pas trouvé de plus grand que lui – selon les mots mêmes de Jésus. Jean-Baptiste: le Précurseur du Messie. Un prophète que les peintres ont représenté avec un doigt, souvent immense, pointé vers Jésus, comme sur le fameux retable d’Issenheim au musée d’Unterlinden de Colmar.

Jean-Baptiste, cet homme fougueux, hirsute et ascétique, parti au désert pour y mieux entendre la Parole de son Dieu et la proclamer. Et c’est de là qu’il haranguait les foules, les appelant à la conversion, et sans délai. Il ne devait d’ailleurs pas tarder à payer le prix de son courage et sera jeté en prison.

Or, dans son cachot, il entend parler non pas seulement de Jésus mais de ses œuvres, c’est-à-dire de ses premiers gestes. Et le voilà déstabilisé… Il en perdait son araméen. «Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre?»

Imaginer Celui qui doit venir est une chose, l’accueillir tel qu’il est et veut se donner, en est une autre. Jean avait cru comprendre ce que serait le Messie que Dieu promettait, ou ce que, selon lui, il devait être. Mais voilà Jésus en chair et en os: et cela ne cadre pas avec son attente. Moment clé de l’acte de foi: je dois me remettre entièrement à Dieu, à ses vues qui souvent ne sont pas les miennes. Ou alors je suis simplement le disciple de mes propres désirs, de mes espérances: Narcisse se mirant au reflet des eaux.

«Imaginer Celui qui doit venir est une chose, l’accueillir tel qu’il est et veut se donner, en est une autre.»

Jésus va tenter de rassurer Jean-Baptiste en lui faisant transmettre non pas tel ou tel verset de l’Ecriture, mais ce qu’il est en train de faire: les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent, les morts ressuscitent et surtout les pauvres reçoivent la Bonne Nouvelle.

L’attente juive était très marquée par la politique du moment: on attendait du Messie qu’il purifie la Terre Sainte des Romains, mais aussi des pécheurs (vaste programme). Et voilà que Jésus se fait consolateur miséricordieux, accomplissant les attentes les plus profondes d’Israël, esquissées déjà dans les Ecritures.

Ses gestes prioritaires sont moins CONTRE l’envahisseur que POUR le petit, le blessé, le faible. Et le rude prédicateur du désert en est tout marri. Oui Jean-Baptiste est le plus grand de l’Ancienne Alliance, mais Jésus dit bien que celui qui fait confiance à lui Jésus, devient le plus grand dans la Nouvelle Alliance.

Oui Jésus console les petits mais il peut choquer aussi et il l’a fait, à commencer par bien des croyants. «Heureux celui pour qui je ne suis pas une occasion de chute!» Voilà bien une mise en garde qui peut encore servir…

Jean-Michel Poffet | Vendredi 13 décembre 2019


Mt 11, 2-11

En ce temps-là,
    Jean le Baptiste entendit parler, dans sa prison,
des œuvres réalisées par le Christ.
Il lui envoya ses disciples et, par eux,  lui demanda :
    « Es-tu celui qui doit venir,
ou devons-nous en attendre un autre ? »
    Jésus leur répondit :
« Allez annoncer à Jean
ce que vous entendez et voyez :
Les aveugles retrouvent la vue,
et les boiteux marchent,
les lépreux sont purifiés,
et les sourds entendent,
les morts ressuscitent,
et les pauvres reçoivent la Bonne Nouvelle.
    Heureux celui pour qui je ne suis pas une occasion de chute ! »

    Tandis que les envoyés de Jean s’en allaient,
Jésus se mit à dire aux foules à propos de Jean :
« Qu’êtes-vous allés regarder au désert ?
un roseau agité par le vent ?
    Alors, qu’êtes-vous donc allés voir ?
un homme habillé de façon raffinée ?
Mais ceux qui portent de tels vêtements
vivent dans les palais des rois.
    Alors, qu’êtes-vous allés voir ?
un prophète ?
Oui, je vous le dis, et bien plus qu’un prophète.
    C’est de lui qu’il est écrit :
Voici que j’envoie mon messager en avant de toi,
pour préparer le chemin devant toi.

    Amen, je vous le dis :
Parmi ceux qui sont nés d’une femme,
personne ne s’est levé de plus grand que Jean le Baptiste ;
et cependant le plus petit dans le royaume des Cieux
est plus grand que lui. »

Mathis Gothart Nithart, dit Grünewald, Retable d’Issenheim | Wikimedia Commons/cc-by-2.0.
13 décembre 2019 | 17:00
par Jean-Michel Poffet
Partagez!