Jésus disait à ses disciples: “J’ai encore beaucoup de choses à vous dire,
mais pour l’instant vous ne pouvez pas les porter“.| © Flickr/Lawrence OP/CC BY-NC-ND 2.0
Blog
Jésus disait à ses disciples: “J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais pour l’instant vous ne pouvez pas les porter“.| © Flickr/Lawrence OP/CC BY-NC-ND 2.0

Evangile de dimanche: quelques heures avant son arrestation.


Le décor est planté. L’heure est grave. Ce ne sont plus les agapes joyeuses, dans l’insouciance d’un bon moment partagé entre amis. Non, c’est l’heure des derniers contacts, les instants où le temps se fait court.

Il n’est plus temps de plaisanter, mais de dire ce qu’il y a de plus profond et voilà que les disciples ne sont pas prêts à tout entendre, mais ils le seront, un jour. Déjà certains ont de bonnes intuitions sur la Vérité. Il s’y est appliqué. Patiemment, au long de ces quelques mois partagés de manière intense.

Maintenant, l’Heure est là. Tout est déjà enclenché. Ils vont paniquer, c’est sûr, le lâcher. Comment pourrait-il en être autrement? Les forces du mal vont se déchaîner. Pourtant, ce sont des hommes zélés, pour certains attachants et désireux de bien faire mais comment pourraient-ils porter ce que le Maître doit leur transmettre? Il est trop tôt. Mais le moment viendra et il ne faut pas qu’ils désespèrent trop en attendant.

“C’est son cheminement à lui, l’homme Jésus, vécu avec l’Esprit Saint qui leur est donné de suivre.“

C’est qu’il a ouvert une telle brèche dans l’horizon des hommes! Il avait la force sereine de la lumière à l’aube, sa parole une puissance qui relevait et mettait en marche ceux-là même qui n’avaient plus d’espérance. Alors, loin de ramener tout à lui, tous ces actes, toute cette énergie d’amour, ils les dirigent vers Celui qu’il appelle son Père.

Voilà que maintenant, après avoir disparu à leurs yeux, ils expérimentent effectivement qu’il ne les a pas abandonnés: une force en eux, son Esprit les guide vers la vérité tout entière de Celui dont ils avaient quelques temps partagé le quotidien. C’est comme un dévoilement progressif du sens de ce qui avait été dit et fait, une fois pour toutes.

La connaissance à laquelle ils accèdent alors, n’a rien d’intellectuel, mais c’est son cheminement à lui, l’homme Jésus, vécu avec l’Esprit Saint qui leur est donné de suivre. Qui NOUS est donné de vivre. Car oui, c’est bien cela la révélation ultime: tout baptisé est irrigué de la vie même de la sainte Trinité, commensal de la fête où, en attendant le Jour sans déclin, nous nous rassemblerons dans la lumière céleste et contemplerons enfin la gloire de Celui qui nous attend de toute éternité.

Sœur Marie-Paule | Vendredi 14 juin 2019


Jn 16, 12-15

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples :
« J’ai encore beaucoup de choses à vous dire,
mais pour l’instant vous ne pouvez pas les porter.
Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité,
il vous conduira dans la vérité tout entière.
En effet, ce qu’il dira ne viendra pas de lui-même :
mais ce qu’il aura entendu, il le dira ;
et ce qui va venir, il vous le fera connaître.
Lui me glorifiera,
car il recevra ce qui vient de moi
pour vous le faire connaître.
Tout ce que possède le Père est à moi ;
voilà pourquoi je vous ai dit :
L’Esprit reçoit ce qui vient de moi
pour vous le faire connaître. »

Soeur Marie-Paule

Passionnée par la Bible, Sœur Marie-Paule est moniale au monastère des Bernardines, à Collombey (VS). Elle est entrée dans la famille cistercienne en 1999 et a prononcé ses vœux définitifs en 2009. Elle anime “L’étoile sonore“, une sonothèque pour personnes aveugles et malvoyantes.“

Auteur
Dernières publications
Je vous donne un commandement nouveau :c’est de vous aimer les uns les autres.Comme je vous ai aimés. | © Flickr/Lawrence OP/CC BY-NC-ND 2.0
“La découverte du tombeau vide“. Par Fra Angelico, fresque vers 1437-1446, détail. Musée national San Marco, Florence. | Domaine public.