Dans son discours sur la montagne, Jésus aborde de front le thème de l’argent, le fameux Mamon. (Photo: Flickr/Ott1Mo/<a href="https://creativecommons.org/licenses/by-nc/2.0/legalcode" target="_blank">CC BY-NC 2.0</a>)
Blog
Dans son discours sur la montagne, Jésus aborde de front le thème de l’argent, le fameux Mamon. (Photo: Flickr/Ott1Mo/CC BY-NC 2.0)

Evangile de dimanche: les soucis d’Argent


Maintenant que le tabou du sexe est (presque) tombé – par les temps impudiques qui courent-, il en reste au moins un, surtout en Suisse: c’est l’argent. Faites le test. Même entre amis de toute confiance, on ne dévoile pas son salaire chez nous. C’est notre dernière pudeur. Vous entendrez souvent cette extrême confidence: “On n’a pas à se plaindre…, on gagne honnêtement notre vie”. Et rien de plus!

Dans son discours sur la montagne, Jésus aborde de front le thème de l’argent, le fameux Mamon. Sa conclusion est très claire: ou bien l’Argent est un maître et l’on en devient l’esclave, ou bien l’argent est un serviteur et il peut et même doit contribuer à la vie humaine et à l’amour fraternel. Tôt ou tard, ne sommes-nous pas tous placés devant ce dilemme? Il faut choisir.

Dans la seconde partie du message, Jésus traite une question voisine: le souci, les préoccupations. Et un certain malaise revient. Selon le Christ, il semble que l’insouciance soit la règle pour la vie courante du vrai disciple. Aucune inquiétude, ni pour la vie, ni pour la nourriture, ni pour le vêtement ! Comment oser dire cela devant des personnes et même des populations entières qui manquent de tout, et en particulier de nourriture et de vêtement? Sont-ils tous de vilains païens ceux et celles qui sont en quête laborieuse de ce minimum vital? Ne faut-il pas “manquer de rien” pour se permettre le luxe de ne plus penser au lendemain parce qu’ “à chaque jour suffit sa peine”?

En réalité, Jésus veut nous faire entrer dans une autre dimension de la vie. Lui qui a prêché l’aumône généreuse en faveur des plus démunis et le partage tous azimuts, il nous invite surtout à chercher d’abord le Royaume et la justice de Dieu en décollant, au maximum possible, des préoccupations trop terrestres qui risquent toujours de nous rendre esclaves des biens ambigus de ce monde. Et Dieu sait si, en particulier dans nos civilisations d’abondance, beaucoup d’humains tombent dans les pièges du matérialisme et de l’égoïsme. Alors nous faisons l’expérience de soucis rongeurs qui grignotent et même anéantissent la sérénité et l’authentique bonheur. Il est urgent d’élaguer le buisson de nos préoccupations frénétiques. Il est vital de refaire confiance au Dieu de l’Amour.

Le Carême nous offre une opportunité à saisir de tout cœur. Un temps pour réorienter la boussole de notre vie, justement en la tournant vers la recherche prioritaire du Royaume de Dieu et de ses promesses.

Par la méditation de la parole de Dieu, nous rencontrons sur notre route une lumière qui nous indique où se trouvent les vrais trésors.

Par la prière, nous rejoignons notre ciel intérieur, là où Dieu nous donne le rendez-vous de son intime présence.

Par le jeûne, nous mettons une sourdine à l’envahissement des fausses inquiétudes.

Par le partage, nous qui avons bien assez et même trop, nous pouvons justement secourir ceux qui ont moins et souvent rien.

La parole biblique, la prière, la modération des besoins, la solidarité : en plein dans le mille du Royaume de Dieu qui commence sur terre avant d’éclater un jour dans les cieux.

Claude Ducarroz | 24.02.2017


Mt 6, 24-34

24 Nul ne peut servir deux maîtres : ou bien il haïra l’un et aimera l’autre, ou bien il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’Argent.

25 C’est pourquoi je vous dis : Ne vous souciez pas, pour votre vie, de ce que vous mangerez, ni, pour votre corps, de quoi vous le vêtirez. La vie ne vaut-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que les vêtements ?

26 Regardez les oiseaux du ciel : ils ne font ni semailles ni moisson, ils n’amassent pas dans des greniers, et votre Père céleste les nourrit. Vous-mêmes, ne valez-vous pas beaucoup plus qu’eux ?

27 Qui d’entre vous, en se faisant du souci, peut ajouter une coudée à la longueur de sa vie ?

28 Et au sujet des vêtements, pourquoi se faire tant de souci ? Observez comment poussent les lis des champs : ils ne travaillent pas, ils ne filent pas.

29 Or je vous dis que Salomon lui-même, dans toute sa gloire, n’était pas habillé comme l’un d’entre eux.

30 Si Dieu donne un tel vêtement à l’herbe des champs, qui est là aujourd’hui, et qui demain sera jetée au feu, ne fera-t-il pas bien davantage pour vous, hommes de peu de foi ?

31 Ne vous faites donc pas tant de souci ; ne dites pas : “Qu’allons-nous manger ?” ou bien : “Qu’allons-nous boire ?” ou encore : “Avec quoi nous habiller ?”

32 Tout cela, les païens le recherchent. Mais votre Père céleste sait que vous en avez besoin.

33 Cherchez d’abord le royaume de Dieu et sa justice, et tout cela vous sera donné par surcroît.

34 Ne vous faites pas de souci pour demain : demain aura souci de lui-même ; à chaque jour suffit sa peine.

Claude Ducarroz

Claude Ducarroz est né en 1939 dans une famille de paysans fribourgeois. Ordonné prêtre en 1965, il a accompli ses études théologiques à Fribourg, Rome, Munich et Paris. Son parcours de ministère l'a conduit dans plusieurs paroisses, mais aussi dans la formation des séminaristes, dans l'aumônerie de la jeunesse et à la direction de l'Ecole de la foi. Il est connu pour ses engagements œcuméniques (Groupe des Dombes), sa sensibilité aux problèmes de société et ses interventions dans les médias. Il a publié plusieurs livres mêlant la spiritualité à la pastorale, dont Pour que plus rien ne nous sépareEn toute sincérité, Ces espérances qui me font vivre, Fleurs de vie ainsi que des entretiens avec Jean-Marc Richard, Rencontres au cœur de l’humain (Editions de la Sarine). Retrouvez ses homélies, articles et livres sur sa page internet.

Auteur
Dernières publications
"Le partage entre les prêtres et les autres membres du peuple de Dieu n’est-il pas une meilleure garantie de communion dans l’animation de la communauté?" | © Flickr/catholicism/cc
Nicolas de Flüe a joué un rôle important pour l'histoire suisse (dessin rz)