Transfiguration. Mosaïque de la chapelle du mausolée St jean Paul II, à Washington. (Photo: Flickr/LawrenceOP/<a href="https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/legalcode" target="_blank">CC BY-NC-ND 2.0</a>).
Blog
Transfiguration. Mosaïque de la chapelle du mausolée St jean Paul II, à Washington. (Photo: Flickr/LawrenceOP/CC BY-NC-ND 2.0).

Evangile de dimanche: la Transfiguration


Le contexte

Jésus a annoncé pour la première fois à ses disciples sa mort et sa résurrection (16,21). Pierre a réagi violemment estimant impensable que le Messie soit mis à mort (22), s’opposant de la sorte à ce que Jésus accomplisse sa mission (23).

L’initiative de Jésus (17,1)

Jésus prend avec lui les trois disciples avec lesquels il entretient une relation privilégiée, les emmène à l’écart, sur une haute montagne.

La montagne est le lieu privilégié des révélations (depuis le Sinaï) et le Jésus selon Mt s’inscrit dans cette tradition tant pour proposer la charte de la nouvelle alliance (5,1-8,1) que pour livrer aux Onze, lors de sa dernière apparition, sa promesse de présence définitive (28,16).

Cette indication, à première vue géographique, nous indique donc que ce qui va se passer est de l’ordre d’une théophanie (manifestation divine).

Jésus transfiguré (2-3)

Désormais tout sort du naturel, de la normalité. Jésus est transfiguré (un passif qui dit l’action du Père) et pour évoquer cette métamorphose subite les évangélistes recourent à des images traditionnelles de lumière éclatante et de blancheur (une couleur qui dit le monde de Dieu, en attendant de devenir celle de la résurrection).

Et comme si elle était naturelle la présence de deux figures majeures du judaïsme: Moïse (l’alliance et la Loi) et Elie (le prophète par excellence et le précurseur du Christ) qui s’entretiennent avec Jésus sans que nous sachions de quoi.

La réaction de Pierre (4)

Pierre l’impulsif et le généreux, savourant la grâce de cet événement, propose de le prolonger (cf. la confection de trois tentes).

La révélation faite par le Père (5)

Cette proposition est comme balayée par la survenue d’une nuée (déjà présente lorsque Dieu rencontre Moïse: Ex 19,9 et 34,5), elle aussi lumineuse. Elle couvre les disciples de son ombre et une voix, provenant d’elle (comme lors du baptême en 3,17) fait la même déclaration, à savoir que Jésus est le Fils bien-aimé du Père en qui il trouve sa joie, son bonheur, sa réalisation.

A cette “carte d’identité” qui dit l’être de Jésus et ce qu’il représente pour son Père, ce dernier ajoute une consigne qui regarde les disciples: écoutez-le. Autrement dit: il est ma parole, en lui se trouve ma révélation.

La réaction des disciples, rassurés par Jésus (6-7)

Devant ces phénomènes extra-ordinaires (sur-naturels), il y a de quoi être déstabilisé et éprouver une grande crainte, une attitude positive qui dit en fait la perception du divin et du mystère.

Il faut néanmoins aux disciples la proximité de Jésus, ses gestes et sa parole pour “tenir” devant de telles manifestations.

Le retour à la normale (8) et la consigne de Jésus (9)

Tout est rentré dans l’ordre de l’habituel. Il reste à Jésus à demander le silence aux trois témoins de cette vision, et cela jusqu’à sa  résurrection.

Cet épisode est comme une levée de voile sur l’identité profonde de Jésus qui va être mis à mort: vrai homme, mais aussi Fils du Père.

Jésus accorde cette révélation aux trois disciples qu’il prendra avec lui à Gethsémani (26,37), comme s’il les préparait à vivre son arrestation et sa mort en leur donnant d’entrevoir sa divinité. Ils se révéleront néanmoins incapables de veiller et prier avec lui… Il faudra la victoire de Pâques pour qu’ils saisissent vraiment que Jésus de Nazareth, le Crucifié, est le Fils bien-aimé du Père.

A nous qui connaissons son identité, il reste à l’écouter tant en sa passion qu’en sa victoire pascale. Il est la Parole du Père. Il nous a tout dit dans son mystère pascal.

Marie-Christine Varone |10.02.2017


Mt 17,1-9

01 Six jours après, Jésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean son frère, et il les emmène à l’écart, sur une haute montagne.

02 Il fut transfiguré devant eux ; son visage devint brillant comme le soleil, et ses vêtements, blancs comme la lumière.

03 Voici que leur apparurent Moïse et Élie, qui s’entretenaient avec lui.

04 Pierre alors prit la parole et dit à Jésus : « Seigneur, il est bon que nous soyons ici ! Si tu le veux, je vais dresser ici trois tentes, une pour toi, une pour Moïse, et une pour Élie. »

05 Il parlait encore, lorsqu’une nuée lumineuse les couvrit de son ombre, et voici que, de la nuée, une voix disait : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui je trouve ma joie : écoutez-le ! »

06 Quand ils entendirent cela, les disciples tombèrent face contre terre et furent saisis d’une grande crainte.

07 Jésus s’approcha, les toucha et leur dit : « Relevez-vous et soyez sans crainte ! »

08 Levant les yeux, ils ne virent plus personne, sinon lui, Jésus, seul.

09 En descendant de la montagne, Jésus leur donna cet ordre : « Ne parlez de cette vision à personne, avant que le Fils de l’homme soit ressuscité d’entre les morts. »

Marie-Christine Varone

Marie-Christine Varone est née à Sion en 1946. Ses années de collège correspondent avec celles du Concile Vatican II et la découverte des grandes Constitutions, d'où, une envie de faire de la théologie, par intérêt personnel, mais, plus encore, pour aider les laïcs à acquérir une meilleure intelligence de la foi chrétienne.
Etudiante en théologie à Fribourg, c'est rapidement l'Ecriture sainte qui devient son centre d'intérêt premier et qui sera à la base de la formation d'adultes à laquelle elle se consacrera.
Elle mène de front l'enseignement biblique (dans le milieu très international de l'Ecole de la Foi fondée par J. Loew, à la faculté de théologie de Fribourg et à l'IFM, l'Institut de formation aux ministères) et la formation biblique d'adultes en Suisse romande (cours du soir, sessions, cours par correspondance, formation d'animateurs bibliques, etc.), en particulier comme co-fondatrice et animatrice responsable de l'Association Biblique Catholique (ABC).
Avec la rubrique "l'évangile de dimanche", M.-C. Varone souhaiterait amener les lecteurs à lire eux-mêmes (seul ou à plusieurs) l'évangie du dimanche, pour lui "donner réellement ses chances" autant par une écoute respectueuse du texte, que par un accueil existentiel.

Auteur
Dernières publications
"Comme Jésus entrait à Jérusalem, toute la ville fut en proie à l’agitation, et disait : « Qui est cet homme ? » (Mt 21, 10). Tableau en bois polychrome, détail, cathédrale Notre-Dame de Paris. (Photo: Flickr/Lawrence OP/CC BY-NC-ND 2.0)
"Ne pensez pas que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir." Mt 5, 17. (Photo: Flickr/Lawrence OP/CC BY-NC-ND 2.0)