Bernard Litzler

Henri Schwery, aimable «tronche»

Il aimait les gens, la vigne et l’humour. Il aimait son Eglise, le diocèse de Sion comme l’Eglise du vaste monde. Il avait son franc-parler, ses sautes d’humeur, son courage aussi. Il aimait expliquer, convaincre, séduire son auditoire. Le cardinal Henri Schwery vient de rejoindre Celui qu’il a si bien servi.

Il s’en est allé, se retirant sobrement, ne faisant plus que de rares apparitions publiques. Ses dernières années, moins médiatisées que les précédentes, reflètent aussi ce que fut, dans sa diversité bienfaisante, le cardinal: un homme profond, intrépide, vif. Évêque de Sion à 45 ans, cardinal à 59 ans, il a incarné à travers son ministère bien des attitudes qui sont aujourd’hui celles que l’on reconnaît au pape François: proche des gens, révolté contre le «fonctionnarisme» romain, visionnaire pour la famille.

«Il n’aimait pas Rome. Il préférait travailler chez lui, à Sion»

Henri Schwery eut, comme évêque de Sion, à gérer l’encombrante présence de la Fraternité Saint-Pie X sur son territoire. Il s’y investit beaucoup, jusqu’à la rupture consommée avec les lefebvristes. Comme président de La Conférence des évêques suisses, il dut affronter la rude tempête de l’affaire Haas, l’évêque de Coire déplacé à Vaduz. Le schisme d’Ecône ébranla sa santé. Et la saga Haas affecta les relations au sein de l’épiscopat helvétique.

En laissant son mandat d’évêque à Norbert Brunner, il œuvra ensuite dans diverses congrégations vaticanes. Mais il n’aimait pas Rome. Il préférait travailler chez lui, à Sion. Sa stature intellectuelle, son intérêt pour le monde, sa fibre pastorale, néanmoins touchés par sa santé déclinante, rendaient encore de fiers services dans le diocèse.

Le cardinal valaisan nous quitte. L’enfant de Saint-Léonard tourne la page de sa vie, féconde. Au moment où le canton alpin pose les jalons d’une nouvelle loi fondamentale, puisse la mémoire d’un grand serviteur de l’Eglise, la «tronche» joviale d’Henri Schwery, raviver les sources de la foi chrétienne dont il fut un héraut attachant.

Bernard Litzler

7 janvier 2021

Le cardinal Henri Schwery, ici en 2002, dans son appartement de Sion | © Bernard Litzler
7 janvier 2021 | 17:58
par Bernard Litzler
Partagez!